Deci delà

Billet très scrogneugneu : pas l’été, pas la plage, pas la foule, pas de bruit. Pas bouger. Laisser passer la belle saison et son cortège délirant. Livre du très lointain. Musique accordées.

Cahin caha…
L’été roule son tapis haute laine dans un sens et dans l’autre. Chaud, le tapis roulant. Roule aussi ses vagues, plus de chaleur qu’océanes, hélas !
L’été fait tourner l’essorage à 1000 tours pour une machine à 90°. Les gens dans leurs vêtements, même réduits au strict minimum, vont et viennent ; ils sont brassés, pour une pauvre brasse coulée.
Ou ils font la crêpe.

L’été n’est pas aimable sauf pour ceux qui aiment la mer-pour-tous-au-même-moment. L’été fait exprès de prendre les vacances en été. Ça embête tout le monde, surtout ceux – les égoïstes – qui aiment avoir la mer pour eux tout seuls !
À la réflexion, ils sont peut-être plus nombreux, ceux qui aiment tous être au même endroit au même moment… Et puis, soyons justes, ils ne ” prennent ” pas leurs vacances. On leur accorde. Au pire moment. Peut-être qu’ils préféreraient partir en mars ou en novembre.
L’été, la belle saison, qu’ils disent.
Dans les familles séparées, géographiquement ou pour raison d’incompatibilité ou les deux, c’est le temps des retrouvailles. Ben oui, ce sont les VACANCES ! Pour quelques jours, la cohabitation forcée génère presque autant de drames que les fêtes de Noël ! Tragique. Ça ne cymbalise pas que dans les pins !
Et puis cette année, je ne sais pas pour vous, mais je trouve qu’il dure, l’été, qu’est-ce qu’il dure ! Quand je pense que juillet est loin d’être fini ! Interminable, je vous dis.

Puisque c’est ça, je me barre en Laponie avec Olivier Truc et son Dernier lapon : quelques minutes de soleil par jour, les aurores boréales, les rennes et le tambour sami disparu. J’ai presque froid.
On se calme : je propose cette chanson de Mari Boine à cause du tambour perdu du livre. Elle, je l’écoute depuis longtemps, depuis son album Leahkastin, 1994, notamment la chanson qui m’a émue profondément : ÀHCCAI, À mon Père.

 

Image de Une : Joaquin SOROLLA Maria à la plage, 1906
Le Dernier Lapon – Éditions Métailié, 2012

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

BRUIT

Tout ce que le bruit veut dire ! Et plus particulièrement, celui que vous ne supportez pas.