CHATS 2

Le deuxième billet sur les chats : sujet inépuisable. ” Il n’y a pas de chat ordinaire ” Colette

La suite du billet : impossible de ne leur en consacrer qu’un seul. Ils me pardonneront peut-être de ne leur en consacrer que deux. Et l’on continue les devinettes : qui sont-ils avec leur chat ? Les reconnaissez vous ?

Photo de Une, l’admirable Izmir roux de Clarisse, kidnappé dans une cabane de jardin où son ” maître ” le laissait nuit et jour. Ci dessous, en couleurs et mentholé :

Attention : félin ! La griffe est acérée, le croc pointu. Pour rappel, dans la famille des félins, on trouve quand même le lion, la panthère, le tigre, le jaguar pour les grands fauves, l’ocelot, le puma, le lynx pour les plus petits. Et d’autres encore… Carnivores et carnassiers. Ceux et celles qui vivent avec eux connaissent les ” cadeaux ” qu’ils nous font  : oiseaux, souris, lézards. Mais comme le dit Louis Nucera, aristocrate dans la pire des poubelles.
On connaît tous la phrase de Cocteau : Si je préfère les chats aux chiens, c’est parce qu’il n’y a pas de chat policier.

Tous ceux qui ont (ou ont eu) des chats savent qu’on ne les dresse pas, qu’ils n’obéissent pas. Parfois, par pitié sans doute, ils nous font croire qu’ils connaissent leur nom et viennent quand on les appelle. Louis Nucera pense que leur refus de comprendre est délibéré.
Voilà sans doute ce qui nous fascine : le chat fait ce qu’il veut, quand il veut.

Ils ne sont pas rancuniers non plus : quand on pense combien ils ont été calomniés et martyrisés, affligés d’affreux qualificatifs alors qu’ils nous ont tant aidés contre les rats porteurs de puces infestées par la peste !
Et je ne parle pas des horreurs infligées aux chats noirs… Passons, il y aurait tant à dire sur l’association entre femme, sorcellerie et chats noirs.

Ici je suis bien ennuyée : j’avais noté cette citation et n’en trouve plus l’auteur ! À vous de jouer :

Son absence de rancune est telle qu’il ne reproche même pas à l’Église les crimes du neuvième Grégoire ou du huitième Innocent, papes parmi d’autres papes qui furent ses fieffés ennemis et lancèrent contre lui – incarnation du diable – inquisition et tortures. Bulles que tout ça ! Bulles crevées depuis des siècles à la surface de l’épouvantable histoire des hommes…
Alors le chat oublie. Le chat conjugue le verbe ÊTRE au présent. Une des formes de l’oubli est faire patte de velours. Le tact : devise du chat, en pensant à l’origine du mot TACT, tactile. Oui, parfois le chat aime être touché, caressé, gratouillé. Sous le cou, derrière les oreilles, sur le front et puis, brusquement, il en a assez et s’en va. Vous gratifiant même d’un petit coup de patte pour dire : ca suffit.

Minou, minet, mistigri, matou, greffier… on vous aime.

Pour la vignette musicale, j’avais l’embarras du choix : le duo des chats attribué à Rossini mais d’un certain Robert Lucas de Pearsall, les Frères Jacques avec leur p’tit bout d’la queue du chat, Stravinski et ses berceuses du chat et bien d’autres. Mais je n’ai pu choisir entre celui de Biber et celui de Domenico Scarlatti. Donc, trois devinettes (qui sont les personnes photographiées avec un chat ET de qui est la citation sur les papes) et deux vignettes musicales. Je vous gâte, mis gatos !

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

J’épie les pies

Quand l'espionnage des pies prend beaucoup de temps, qu'on voit plein de mouvements et de formes, qu'on attend sans attendre vraiment une éclosion qu'on ne verra peut-être pas tandis que le printemps pousse sa verte chansonnette.
Lire la suite

L’une dit… L’autre répond – 1 : la faune

Nos yeux accrochés, souvent par les mêmes images. Ou bien l'une dit : Regarde ! Nous échangeons, c'est parfois un peu surréaliste alors nous rions. Et nous essayons de fixer l'instant. D'abord, les bêtes.