La barque engloutie

Une Ophélie, ma barque, une pauvre âme de barque chavirée… Elle a pris les couleurs du monde dans laquelle elle gît. Elle veut qu’on l’oublie, elle s’oublierait bien elle-même mais sa carcasse l’encombre.

Les enfants tentent des sauvetages. À marée montante, elle s’emplit à nouveau, prête son flanc pour mieux embarquer l’eau et coule. Il y a peu de fond. Elle repose sur le sable mais vit encore dans nos regards. On l’approche comme on approcherait une dépouille. Elle contient nos regrets, notre inconsolable solitude… Mais nous, nous sommes vivants. Tout meurt. Rien ne meurt. Et la marée commence à descendre puis elle remontera. Comme avant, comme après, comme toujours. Avec ou sans nous.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

D’ailleurs…

On nettoie presque tout avec l’ailleurs, l’ailleurs pas lointain d’ailleurs, l’ailleurs d’à côté sur la carte. Rien que…
Lire la suite

Billet bizarre : c’est l’printemps !

Quand on s'accroche aux branches, rameaux, fleurs et feuilles, ailes d'oiseaux et pattes de chien. On s'accroche parce que c'est du solide et qu'en ce moment, le sérieux et le compétent manquent. En rire ?

RIEN

À peine pouvoir allumer l’ordinateur : chauffe et fait du bruit. Seule musique à écouter : de l’eau…