Le bruit des odeurs

Cyrano.jpg

Je capte cette expression – le bruit des odeurs – et j’en entends tout de suite l’intensité, très vivement : ce son si envahissant des odeurs. Odeur n’est pas parfum et odeur est très vite malodeur, donc bruit très désagréable. Un peu comme teinte n’est pas couleur… Mais je m’aventure là sur des terrains subtils, subtil comme le bruit de l’odeur. Il y a parfois des odeurs qui grincent, vous me suivez ? Et des odeurs-mélodies, voire mélopées. Et des odeurs stridentes, rien que d’y penser, on grince des dents, c’est cela : ça agace les dents ! (pléonasme puisque la pie “agace” quand elle crie, elle fait se manger les dents, oui oui !).

J’ai une grande interrogation en ce moment : le brouhaha (qui a une odeur grise et ni bonne ni mauvaise, une odeur neutre, vous voyez ?), celui qui me parvient de la ville le soir, est-il une accumulation de plein de petits bruits acides ou plus onctueux ? Ce sont tous les bruits additionnés qui font le brouhaha ? Pareil pour la mer qui a un bruit très puissamment parfumé… Est-ce le choc de chaque vague qui cogne celle d’à côté, lui-même enflé de la vague voisine et ainsi à n’en plus finir ? Est- ce ça le mugissement de l’océan ?

Et voilà que j’ai glissé du bruit des odeurs aux odeurs du bruit. Voyez comme les bords sont fragiles, comme les hors-sujets se faufilent !

La musique, c’est du bruit qui pense disait le vieux Totor ou qui panse ? ou qui nous pense ? Et qui sent bon, très bon… Et voilà que je retrouve l’album Le Noise du bon vieux Neil Young. Du Nose (le nez = les odeurs) au Noise (le bruit), il n’y a qu’un I, même si c’est tiré par les vers du nez… Allez comprendre !

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Duffy

Toute petite déjà, Duffy m’enchantait ! Je crois que c’est un bouquet d’anémones que j’ai vu en premier…