Scribe de la lumière

À Thomas, Vincent, Pierre, à Éliane, Chistine et tous ceux et celles de “la pièce à côté”

reims_cathedrale_1.jpg

On ne sait jamais…

Si mourir est traverser

si le funambule s’amuse

s’il faut penser “est” ou “était”

Aurions-nous déserté le vivant,

nié même la transparence et la présence ?

Avons-nous perdu de vue la destination

de ce long lacet de route ?

On ne sait jamais…

Si ce que l’on a connu a disparu

ainsi que l’ange

On sait toujours. 

 

 

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Un petit vrac de balcon

Sur le balcon il y a ... inventaire à la Prévert, oui, pré vert. Il en manque beaucoup, surtout les ratons laveurs. Demain, peut-être.

Photomaton

Le cher Satie – Airs à faire fuir  – pour accompagner notre promenade Fait-on encore des photomaton ? Des…

Blanc

Ce matin, comme un blanc… Madame Nina, chatte de son état chez qui nous habitons, est devant la fenêtre. Elle…

Mise au point

Pardon aux personnes qui ont laissé des commentaires : je ne peux répondre. Le fonctionnement du blog a…