Classer, trier, jeter

Je n’y peux rien : j’ai des désirs de pièces rangées, de bureaux nickel, d’endroits dans la maison où l’on peut poser un objet parce qu’une place est libre. Ce sont des rêves : je ne peux les acter. Car ” Acte, tu jactes “… Je ne sais pas jeter, c’est pathologique. J’arrive à mettre dans une poubelle trois brimborions et deux bidules qui erraient là depuis des lustres. Au-delà, ça m’est impossible. C’est de l’ordre de l’utopie totale, de la chimère. Je ne sais pas ranger, c’est un handicap ; si, par miracle, j’arrive à donner un aspect présentable à une pièce, il ne faut pas trois jours pour qu’elle ait retrouvé son allure initiale. Ça n’est pas pour moi, il faut que je me résigne. Le côté gitan me sied.

Tous les gens raisonnables me disent : ” Faut jeter ! Ça allège ! Le paquet de trucs inutiles qu’on se trimballe ! C’est dingue ! Si tu ranges, ça va mieux dans ta tête ” et j’acquiesce, penaude et consciente de la maladie qui alourdit mon mental et… les étagères. J’essaie, j’essaie vraiment : je déplace. Pour moi, la rigueur est ailleurs. 

C’est plus fort que moi : j’aime le bin’s. Surtout le mien mais celui des autres ne me dérange pas. Je les y trouve toujours.

montage4.IMG_0004.jpg

Au fond, je crois que je trouve dans le désordre une certaine liberté alors que l’ordre me contraint et paradoxalement m’angoisse un peu. Je vis l’ordre comme cachant des secrets, comme une transparence inquiétante. Je ne peux m’y promener. On a tous des choses à (se) cacher, on a tout à perdre (et j’égare souvent). C’est sans doute pour ça que je préfère Les Rolling Stones aux Beatles, le flamenco aux marches militaires, les jardins anglais aux jardins à la française… Vous me direz : ” ça n’empêche pas ” ; je vous répondrai ” je sais bien mais quand même “.

 Pardon aux partisan(e)s du rangement et aux tenant(e)s de la tornade blanche. Fille du souk, j’aime le bazar.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
cecile
cecile
il y a 12 années

les “maison marie-claire” j’en ai toujours révé mais en fait jamais eu !!! c’est tellement utopique et c’est tellement plus beau une maison qui vit. Avec des livres partout, des corbeilles à
merdouilles où chacun laisse une peu de lui au fur et à mesure de ses passages. Par contre j’adore les tiroirs, les petits casiers, le cartons,… Je suis une bonne balance mais avec le sacré
handicap d’un bon ascendant vierge, ranger, trier, classer….. Je commence enfin avec ma maison “à moi” à avoir ma maison “zen” peu de mur donc peu de meubles donc peu d’objets… de toute façon
je m’en suis toujours delestée au fur et a mesure de mes démenagements, séparations, j’ai toujours beaucoup laissé… et après quelques mois de cartons non ouverts je me rends compte que mis
à part l’essentiel que j’avais déjà sorti je n’ai pas besoin de plus… j’attends avec impatience un vide-grenier en septembre pour y vider mes cartons. Et Vive le bordel organisé.

TempesduTemps
TempesduTemps
il y a 12 années

Je connais bien ton bazar très organisé : tu as pris un peu de tante-et-marraine et un peu de ta mère. Et que tu dois être délestée après tous ces changements de vie ! On a trop de trucs, c’est
vrai, je connais plus de “gardeurs” que de “jeteurs”. Belle et doue vie dans tes nouveaux murs, Cécile.

Brigitte giarud
Brigitte giarud
il y a 12 années

“Fille du souk”, voilà qui me parle. Moi, j’aime mon désordre, que j’organise. En fait ce n’est pas du désordre, c’est mon univers, mes coins. J’aime voir un livre (des livres) sur une table, des
ptites notes, un cendrier accueillant…

Je suis une conservatrice des choses, des ptits trucs, de ce qu’on m’offre, d’un ptit rien, de cartes postales, des lettres, des bibelots et de ptits cailloux de je ne sais où ramassés, doux
comme des baisers…

TempesduTemps
TempesduTemps
il y a 12 années

Le souk des ami(e)s parle pour eux/elles : c’est une excellente façon de connaître un peu mieux… Ahhhh, Brigitte, les cailloux qu’on rapporte : je me suis vue une fois traverser Paris avec dans
mon sac de voyage, quelques tonnes et demi de (très beaux, irrésistibles) cailloux rammasés sur la plage à Fécamp ; j’ai amèrement pensé que vraiment vraiment ramener avec soi le monde d’où l’on
vient, marquait un très mauvais niveau de “lâcher prise”… Mais je suis contente quand je les regarde, maintenant !

horus
horus
il y a 12 années

Normalement, le désordre concerne les objets mal ou pas rangés, qui ne sont pas à leur place, car ils doivent en avoir une ! Mais s’ajoute souvent à cette idée l’accumulation d’objets, souvent
obsolètes, abimés, parfois inutilisables voire inutiles, à qui donc on a pas attribué une place parce-qu’on était-pas-sûr-de-les-garder. C’est vrai que la solution est simple : poubelle ! Mais on
(je) trouve toujours une – mauvaise – raison pour différer ce sacrilège…

En fait, je suis assez bien dans mon foutoir. J’essais juste d’en limiter l’étendue à mon seul territoire.

Et quand j’entre dans une maison impeccablement rangée, où on ne voit que les meubles, cela me glace. J’ai l’impression qu’elle est vide, inhabitée, sans âme. Par chance pour moi, je vis avec une
femme qui sait occuper l’espace, tout l’espace. C’est plus vivant quand même. Il faut juste faire un peu attention où on pose les pieds.

TempesduTemps
TempesduTemps
il y a 12 années

C’est vrai : deux éléments dans le bin’s  1/ le dé-rangement ou le mé-rangement et 2/ l’accumulation ou le dé-jetage ou encore dé-tri. Mais la poubelle, elle est méchante, c’est comme une
tueuse de choses ! Il faut sans doute des maisons “Marie-Claire” comme dit Cécile, pour contrebalancer ceux qui ne balancent pas assez, mais dont les maisons swinguent pas mal !

Votre maison ? A ce point ? Y en a même par terre ? Boudiou, peuchère, faut changer de femme, en prendre une femme-femme, femme de ménage, quoi !

P.S. : Moi qui perds tant de trucs, j’ai retrouvé votre message. Gnarf gnarf gnarf

L Vispey
L Vispey
il y a 12 années

Une des choses dont je peux me flatter (y en a pas tant), c’est de ne jamais avoir eu, ni envers moi même, ni vis à vis des autres, à choisir entre le B et les RS. Ai autant aimé paint it black
que Can’t buy me love. (et ça continue). C’est comme entre Véronèse et Tintoret : pourquoi choisir ?  la différence entre les B et RS, c’est que tant que J Lennon et G Harrisson seront
morts, on ne verra pas les B en concert, alors que les RS, c’est encore possible (?).  Il y a tant d’occasion d’avoir à faire des choix dans cette vallée de larmes (par ex : traction
-avant/propulsion, romains/gaulois, injustice/désordre (Goethe a tort) Allende/Pinochet (et sur ce dernier point je suppose qu’on est tous d’accord), qu’il faut profiter des fois où on peut aimer
et l’un(e) et l’autre…

PS pour Waren : oui, très bon, musicalement, Hard day’s night, mais débile quant à l’intrigue (si l’on peut dire!!) 

 

TempesduTemps
TempesduTemps
il y a 12 années

Cher L. VISPEY,

Je retrouve par des chemins cosmiques et cyberespatiaux- votre message du 22/06. C’est donc un peu du réchauffé.

Je vous le disais : j’étais jeune ET bête, je me croyais toujours obligée de m’inscrire en contre (du genre “tu préfères Papa ou Maman, ou le rouge ou le bleu ? ” et t’es mort si tu réponds pas
!) Pas comme vous, qui étiez déjà un homme sage !

Et puis, toutes les filles au lycée préféraient les B…. Plus doux, avec des mélodies plus sweet et tout et tout. Alors moi, vous pensez !

Mais j’ai grandi et j’aime la vanille ET la framboise, Schubert ET Mozart, et les B. ET les RS (mais j’ai un petit faible pour les RS par fidélité stupide à mes 17 ans !)

warren
warren
il y a 12 années

http://lezzles.blogspot.com/2005/12/clean-house-is-sign-of-misspent-life.html

Sur le blog de ma copine Lesley elle a fait un billet sur le désordre chez moi (16 décembre 2005) je lui avais envoyé des photos pour montrer aux autres qu’il n’y avait pas de quoi s’inquièter
chez eux.  

Je n’ai jamais pensé à comparer les Beatles au Rolling Stones … les deux groupes commençaient en 1962 peut-être? The Fab Four avaient des mélodies très originaux et les Stones ne faisaient que
piquer des blues aux noirs d’Amérique! Au pensionnat de jeunes filles on était toutes amoureuses de John Lennon qu’on trouvait beau et drôle en comparaison (bon d’accord, on compare) on trouvait
Mick Jagger laid et vulgaire!

J’ai un très bon souvenir du film A Hard Day’s Night … cela m’a paru assez farfelu … même un peu désordre!

 

TempesduTemps
TempesduTemps
il y a 12 années

Les amies du désordre sont mes amies ! Et je sais, Warren, que tu fais partie du club. Je vais aller voir les photos de ton bin’s, pour rigoler un coup.

Tu sais, pour la comparaison entre les Rolling et les Beatles, en 1964 au lycée, il fallait choisir son camp : on ne pouvait aimer les deux groupes ! Un peu comme les mattheux et les
littéraires… Je me rends compte maintenant qu’on aurait pu et dû aimer les deux ! Moi, je trouvais que les Stones étaient sauvages et que les Fab Four faisaient de la “jolie” musique.

[Entre nous : j’ai lu ton intervention sur les moustaches de Korkos, et j’ai ri ! J’avais reconnu Victor Hugo et Fantin Latour et aussi… je commençais à être jalouse car tu intervenais sur ce
blog et pas sur le mien, bien que nous ne jouions pas dans la même cour, M. Korkos et moi !] 

massart Nana
massart Nana
il y a 12 années

 Moi aussi je déplace et replace…Ma “maniaquerie”, je l’ai combattue il me semble et comme disait notre Mané ” Oh! ça dérange ton sens artistique”. Il ne faut pas croire, je suis une
cache-placard…

Au cours de toutes nos pérégrinations, nous avons laissé quelques plumes. J’ai toujours rêvé depuis petite d’avoir un grand grenier familial regorgeant de malles secrètes, de choses qui ont bien
vécu, de vêtements, de meubles usés, de vieilles photos et des bouquins…Nous avons vécu un peu comme des nomades en essayant de ne point nous encombrer, mais pleins de richesses en tête et
coeur.J’aime les jardins à l’anglaise, les bazars, les souks et nos petits marchés sur les places de village; Là où nous allions le dimanche matin avec récompense “La dame fleurs”.

 

TempesduTemps
TempesduTemps
il y a 12 années

Oui, un grand grenier avec tout le m…. dedans et en bas, des pièces zen et dépouillées ! Mais, pas de grenier, donc, le bazar, le souk, des images partout, des phtos, des trophées.

Je suis sûre que Madame Fleur était très désordonnée, tu ne crois pas ?

Vous pourriez aussi aimer

Contretemps

Un contretemps, contre le temps vraiment, et fâcheux – toujours fâcheux les contretemps – m’empêche de poster mes…

Spring in Bordeaux

Allez, on oublie les chicayas (Vient de l’arabe شكاية qui signifie « plainte ». Peut-être via le turc Şikayet –…