Premier souci de l’année : l’illettrisme

Apprendre !
L’illettrisme : un gros souci et une renaissance.

Dans la série “marronniers”*¹  voici des nouvelles du balcon et ce joli cadeau, soleil au soleil. Déjà le bourdon rôde. Et des promesses avec des graines semées : on attend les pois de senteur, les bleuets et autres cosmos. Le jasmin

Le souci de mars

est en boutons. Advienne que pourra.

Mais je voulais aussi parler de Marie-Agnès, Joëlle et Thierry, les ch’tis cabossés, les illettrés que j’ai vus l’autre soir. Il y est aussi question de renaissance. Leur courage, leur sincérité et cette façon “d’y aller” avec force et détermination m’ont émue au plus haut point. Tous trois ont grandi sans instruction ni amour, Thierry était même souvent enfermé dans la cave. Jusqu’à ce que, chacun de leur côté, ils poussent la porte de l’association de lutte contre l’illettrisme, Mots et Merveilles. Il y a un avant et un après. Observer leur transformation, écouter le récit de leur vie, du temps où ils avaient honte, vivaient comme des fantômes, survivaient, est poignant. Ils se souviennent sans pathos… quand l’estime de soi était inconnue, quand on ne pouvait que reproduire le schéma des “mauvaises personnes”, quand on ne pouvait pas aider son enfant à faire ses devoirs et surtout, surtout, qu’on ne pouvait pas lui dire “je t’aime” : Marie-Agnès disait “je te aime”, elles en rient aujourd’hui, sa fille et elle ! La simulation d’entretien d’embauche est un grand moment ! La séance de maquillage est belle. Parce qu’elles se découvrent, oui, elles sont des femmes et elles peuvent, elles ont le droit d’être belles. Les mots mènent à tout. Joëlle, celle qui a appris à marcher tête haute, à regarder les autres, le ciel, la vie et qui découvre l’eau et la mer… Il faut voir avec quelle assurance elle aide son garçon pour ses devoirs. Quelle métamorphose ! Et l’on comprend qu’apprendre devient un acte d’amour. Son sourire vers l’horizon est un cadeau.
Chapeau aux deux cinéastes*² ! C’est avec un immense respect qu’ils sont au service de ces adultes blessés, eux qui « n’intéressaient personne » et n’étaient pas encore nés.
“Maintenant, il y a de la liberté” dit Joëlle “je vois la vie et je me tiens droite.”

 

* Marronniers : terme de journalisme pour désigner un sujet de peu d’importance et récurrent. Ex. : les soldes.
* Renaître avec les mots Documentaire de Philippe Lagnier et Alexandra Alévêque, 2016

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

En guerre !

Quand on entasse trop, qu'on ne sait plus classer pour l'avoir trop fait dans son métier, quand les papiers, TOUS les papiers s'empilent... Quand on ne sait plus par où commencer, découragée : le bureau restera capharnaüm.
Francisco_de_Goya_y_Lucientes__Fire_at_Night
Lire la suite

Alerte rouge

Peur et compassion pour le vivant qui brûle. Pour la première fois, dans l'ère moderne, un pays tout entier est ravagé par le feu : cette apocalypse parle à ce qui, en nous, reste fragile, la croyance en la toute-puissance de l'Homme. C'est la revanche de la nature bafouée.