Slow. Quick, quick, slow, dit-il

La rencontre d’OVNI (Pollet – Melki) ça donne un film merveilleux : L’Acrobate
L’acrobate : celui qui marche sur la pointe des pieds.
Le tango de Gardel (billet sur Julio Cortazar) a titillé la mémoire car, comme dit l’autre j’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans ; sont alors arrivés, en farandole bariolée ou grise “Fumée” – comme le nom de l’amoureuse de Léon – Guy Marchand-Ramon en bof imbuvable, Micheline Dax en cliente excitée des bains-douches et … et … Mais je m’emballe !

Reprenons au début : ça commence avec la rencontre de deux hommes, Jean-Daniel POLLET et Claude MELKI. Ce dernier est apprenti tailleur lorsque Pollet qui filme les dimanches en banlieue parisienne dans un dancing de Nogent-sur-Marne le repère sur les rushes et tombe en arrêt devant une face lunaire et une silhouette frêle et hésitante*. Il le cherche, le retrouve. Melki va alors traverser sa filmographie à la manière d’un miracle de clown triste et lumineux. Jean-Daniel Pollet élabore en 5 films (Pourvu qu’on ait l’ivresse en 1958, Gala en 1962, Rue Saint-Denis l’un des sketchs du collectif Paris vu par, en 1965, L’amour c’est gai l’amour c’est triste en 1971 et L’Acrobate en 1976, parmi eux, seuls les deux derniers sont des longs métrages) un univers cohérent, sans qu’il soit tout à fait linéaire et homogène *.

claude-melki

Léon-Claude, décalé-émotif, est en plus un motif sur lequel Pollet entreprend une variation. Solitude, maladresse, douceur et mélancolie : bon sang, mais c’est Buster !

Pour vaincre sa timidité, un garçon de bains-douches, Léon, apprend le tango et participe avec succès à de nombreux championnats en duo avec la prostituée dont il est amoureux. Voilà pour le canevas de L’Acrobate, simple mais efficace. Un conte… Le reste, c’est la grâce de Melki que la danse transfigure, entouré de Guy Marchand, Micheline Dax, l’inoubliable Edith Scob, Denise Glaser, le couple Firdman authentiques professeurs de tango : pas besoin de superlatifs, c’est fin comme du Lubitsch, poétique comme du Etaix … et kitsch à souhait. Pas nécessaire du tout d’aimer le tango. Vite, louez le film ou achetez-le à plusieurs et faites tourner. Prenez aussi L’amour c’est gai l’amour c’est triste toujours avec notre Léon entouré cette fois de J.-P. Marielle et Bernadette Lafont : ça dépote !
Léon, c’est notre frère, c’est Noël à l’envers.

*Arnaud Hée dans un article définitif sur http://www.critikat.com/Jean-Daniel-Pollet-Claude-Melki.html

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Les grands-mères

Les grands-parents et plus précisément les grands-mères. Fantômes pour certains, grand amour pour d'autres. Les aïeux sont comme des pays lointains.