Un tumulte (désordre, bruit)

Le souci du vent
Trop de mots, trop d’idées : revenir au(x) simple(s) pour souffler ?

On ressent tous ça, une crispation. Enfin, de quel droit dis-je ” tous “? Mais il y a si peu de joie aux alentours, ces temps-ci. Des sujets de crispation, une vague mélancolie cachée sous une encore plus vague résignation : ” C’est comme ça, hein ? Qu’est-ce que tu veux y faire ? “, des peurs profondes planquées sous des discours à l’emporte-pièce, question/réponse. Des peurs qui viennent d’où, entretenues par qui, qui arrangent qui ? Pas le temps d’analyser les peurs. Des réponses, vite, c’est si rassurant les réponses. Des explications, vite, pour qu’on comprenne. Comprend-on ? Et après ?

Les mots fusent, des torrents de mots, des avalanches de raisonnements. On est au bord, on regarde passer les torrents, les avalanches. Souvent, on reconnaît quelque chose, on se dit ” Ah là, oui, je suis d’accord ! ” et puis on entend autre chose. On voudrait s’agripper à un mot fort, une idée solide, un truc imparable : ça n’existe pas. On le savait mais on avait besoin. On vacille, sauf sur deux ou trois convictions qui font partie de nous comme un organe. Mais on bute sur la façon d’organiser tout ça, d’en faire une maison belle et accueillante.
Parce que tandis qu’on questionne, qu’on répond ou croit répondre, que d’autres répondent pour vous, tandis que la vague avance faisant flotter questions et réponses, bonnes et mauvaises confondues dans l’écume, on ne sait plus. Sauf ce que l’on ne veut pas ; on a peur mais c’est vague.

Alors, on trouve ça :

Le souci du vent
Le souci du vent avec les silènes et les blés.

C’est dérisoire et apaisant. Un moment à hauteur de silènes. On pensera plus tard.

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Et si on riait ?

Comme des idiots, comme des enfants fous, même si et surtout puisque  rien n’est drôle, au fond. Rire…