Vieilles petites filles

La Belette de Niaux (Ariège)
Deux très vieilles petites filles, un écrivain, une bête souple.

Que dire de ce portrait ? Qu’il a fixé pour toujours Marguerite dans son histoire infinie d’enfance ? Qu’elle est là, avec son petit frère dans le lit de l’enfance ? À rire aux larmes puisqu’il n’y a rien d’autre à faire ? Qu’elle s’amenuise comme font certains vieux pour disparaître plus facilement ? Qu’elle ose enfin être un enfant ?Duras Avedon 1993.jpgPuis me vient l’autre très vieille petite fille, petite bête de 14 000 ans, fine, ondoyante, vivante en dix coups de pinceaux ! Et rare ! Elle est émouvante au delà des mots. Dans ma tête, elle s’appelle Marguerite. C’est une belette :

La Belette de Niaux (Ariège)
La Belette de Niaux (Ariège)

Et Marguerite devient une belette et inversement. Ce sont deux vieilles petites filles. Curieuses, peut-être. Elles se sauveront toujours, l’une dans le labyrinthe des mots, l’autre dans les fissures de la caverne et du temps.
Elles sont intangibles, elles se prêtent au jeu, c’est tout.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Bestiaire d’été + chimpanzés

On croise des animaux. On s'en approche, on essaie. Parce que leur contact nous apaise, nous simplifie la vie. D'autres bêtes peuplent notre esprit, ceux d'un livre. ANIMA
Lire la suite

La réplique

Quand une photo inspire un tableau : quand deux artistes jouent leur partition, la première interprétant le réel, la seconde interprétant cette interprétation.
Lire la suite

Un bestiaire

Vinciane DESPRET dit que ce qui l'intéresse, ce n'est pas pourquoi les gens aiment les animaux mais plutôt COMMENT. Pour moi, c'est humblement, avec curiosité et la plupart du temps, émerveillement.
Lire la suite

J’épie les pies

Quand l'espionnage des pies prend beaucoup de temps, qu'on voit plein de mouvements et de formes, qu'on attend sans attendre vraiment une éclosion qu'on ne verra peut-être pas tandis que le printemps pousse sa verte chansonnette.