Raymond Farina, le voyageur en tapis volant

À la découverte d’un grand poète : Raymond Farina

Comment remercier un poète ? Comment dire la joie pure que l’on éprouve à s’immerger dans son monde ? Pour ceux qui l’ont lu, l’évidence s’impose : c’est un grand poète. Je voudrais simplement ouvrir une porte à ceux qui ne le connaîtraient pas.calligraphie arabe

Ce qui frappe, chez Raymond Farina, c’est le côtoiement de l’infime et de l’immense, du précis ciselé et de l’ample souffle du monde. Ce qui embarque littéralement, c’est l’Orient déposé dans vos mains ;  l’orient ancien, rêvé, fantasmé et celui du quotidien de l’enfance à bras le cœur. Grand berger que l’on suivrait dans son épopée – Epos = poème poieîn = faire -, qui connaîtrait les chemins d’Ithaque, d’Ispahan et de plus loin encore. Du lointain géographique – peut-être la porte d’à côté – au lointain temporel : d’une éternité l’autre en passant par l’infime : quel voyage !

Comme il va m’être difficile de choisir un texte ! Tout est si relié, tenu en une vaste respiration, en mouvements de houle originelle – mère de naissance – balancée par une sensualité universelle et picorée par des oiseaux. Comment tronquer l’épopée ?

Moineau petit événement
moineau qui peux en te posant
changer le cours de la planète

 

moineau en qui Saba voyait
la sublimation du reptile
moineau pendu de Gombrowicz
moineau chinois de Neruda
en ton hécatombe terrible

 

merry sparrow  de William Blake
comme échappé d’une aquarelle
ou sparrow des Nursery Rhymes
qui cherche dans arrow sa rime

moineau de Mutis souverain
des silences du Mexuar

 

moineau sautillant dans Catulle
moineau malin moineau sublime
moineau témoin moineau victime

moineau qu’un soir à Mahdia
je vis dans le rêve des morts
dont la mer caressait les cendres

 

moineaux vous êtes ma raison
de rester & de m’en aller
vous qui faites tout lieu
où passe mon voyage
si semblable à celui
de la fable natale

Texte 5 de Une Colombe une autre – Éditions des Vanneaux, 2006

 Excusez mon intrusion, Raymond Farina, mais chez vous, je me sens chez moi.

L’universel, c’est le local moins les murs M. Torga

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Karine Meyer
Karine Meyer
il y a 7 années

Je connaissais pas c’est très beau.

Michel Naslot
Michel Naslot
il y a 7 années

Merci Claire, je ne le connais pas… Ce que tu donnes à lire, pure merveille, tout autant que l’accompagnement musical. Bonne journée à toi. Tu me fais un bien fou ! Michel.

viviane ciampi
viviane ciampi
il y a 7 années

Raymond Farina est l’une de mes plus belles découvertes en poésie.

Dewulf Sabine
Dewulf Sabine
il y a 6 années

Bonjour.
J’admire également beaucoup Raymond Farina et, comme vous, exactement, quand je le lis, je me sens chez moi.
Merci pour cette page qui lui est consacrée. Bien peu de monde le connaît, y compris parmi les poètes eux-mêmes. J’étais en train de chercher comment le contacter (au moins pour le remercier de son oeuvre) et je ne trouvais pas.
Y a-t-il un moyen d’entrer en contact avec lui ?
D’avance, merci.

Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Écho

Écho Aller à la joie dévorante, joie animale qui déchiquetera la désolation Une joie-ravage : entrer dans la…