« Le bol du pèle­rin »