Dérive

Photo C. Destandau
Dérive – L’Oubli des étangs – Éditions du Greffier, 2014

Dérive

Le plus souvent l’été, atteindre cet état : dérive sans retour
croisement ralenti de corps passants
sous la ligne de flottaison.


Reconnus à leur abandon d’enfants noyés
si semblable au nôtre, à leur éloignement.
Courants inverses, doux, définitifs.

Un temps arrimés par le regard,
Dans un silence d’avant la vie et une lumière d’avant la nuit.

Août 2013

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

” Tu es d’air et de larme et je suis sur la terre “

Sabine Dewulf, une résonance particulière. Je découvre son écriture et ce n'est pas une surprise : bien sûr, elle écrit comme ça ! Mais c'est une émotion, une mélancolie bien douce. Pas de narcissisme, pas de copinage. De l'admiration et une proximité.
Monsieur Pie mouillé (2017-05-18)
Lire la suite

Quelle trempe !

Quand un mot parle plusieurs langues, polysémique, c'est chic ! Quand le mot n'est pas très beau (franchement, TREMPE) mais nous laisse jouer avec lui.