Été 1

Été 1
Quelques jeunes nuages tressent le ciel en hâte.
Les cimes des arbres palpent et défont ces nattes.
Des pensées les piratent, scies des cigales, troubles derviches.
Des clapots d’enfants, un petit raffut diagonal.
Dans le théâtre d’ombres de nos pauvres histoires,
Nous traçons des trajectoires étranges pour éviter le soleil cru,
Pour aller vers l’ombre bienveillante.
On récapitule et on capitule et c’est le temps qui nous compte.
Laisser la berceuse
Laisser le berceau
S’abandonner au balancement de l’été qui baille.
Juillet 2015
0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Bassin II

Solitude de l’île   Ouatée par la brume, à peine perceptible, l’île devient une confidence. Sa solitude, en…