1bis – LENT, encore plus lent.

Lent

 

À marée basse, ici, tout s’allonge,

L’eau s’étire au ralenti.

Sous sa surface, le sable étale ses écailles.

Le temps est en expansion,

Passe en vol plané.

 

Quelques gouttes de mercure

Posées sur l’eau

L’île peine à se dessiner sur l’horizon dissout

Le ciel avance d’un bloc ses nuages sans avenir,

Sans impatience.

 

 

Un cormoran disparaît.

La solitude est lente.

 

L’Herbe juillet 2010

 

 

Ce texte a changé. Il s’est resserré. Une peintre – lectrice de poésie – est passée, a fait naître des repentirs, a extirpé des scories, a fait des propositions fines et justes. J’ai apprécié et adopté ces suggestions. Je propose donc le texte après ce passage.

Et je m’aperçois que l’original a disparu. Ainsi va la vie du blog… Je ne lutte plus.

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Lait de temps

La lecture d'un beau livre apporte le souvenir d'un texte. Pas de lien direct, une parenté : aridité et abondance.