Aux larmes !

Chagrin d’amour
Chagrin d’amour : chantons !

Quand tout heurte, blesse, fait saigner le cœur, une bonne chanson d’amour et ça repart. Je redeviens une toute petite midinette, avec du rose aux joues, sur mon cartable et peut-être dans mon journal intime, un cœur…

Tant qu’à pleurer, que ce soit d’amour même par personne interposée.

Et de belles chansons d’amour, même si ça renifle la guimauve (genre chamallow rose, bien sûr), moi, ça me fait pleurer, même et surtout quand je ne comprends pas les paroles. Mais je sens bien que tout est perdu, qu’en face, ça n’aime plus, ça part, ça quitte, c’est irrémédiable… La fin, la perte.

Qui dira l’émotion, où elle prend au corps, pourquoi les yeux se mouillent (et le nez coule ) ? Hein ? Vous le savez, vous ? 

Bien sûr, ça ne marche pas à tous les coups : parfois, on est solide, d’humeur ricaneuse, les défenses bien aiguisées et le beau couplet vous rend plutôt genre gnarff gnarff.

Mais, quand vous vous êtes piqués en cueillant des roses, que vous avez perdu quatre fois vos lunettes et trois fois votre portable (ça, encore…), quand vous avez raté votre recette préférée et que votre meilleur(e) ami(e) ne cesse de vous dire que vraiment, vous avez mauvaise mine, quand les temps et les contretemps se mélangent les pinceaux, alors, écoutez une belle chanson d’amour ! Au moins, vous saurez pourquoi vous pleurez.

Il y en a tant, des heureuses, des dramatiques ( La Traviata quand Violetta renonce à son julot), tous les Roméo et Juliette, dans l’opéra, dans le rock, dans la variétoche : c’est le plus beau des sujets ! Allez, faites votre choix et préparez vos mouchoirs. (Piangi, piangi…)

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Avec tout ça…

On papote, on vote, on re-vote et le temps passe. Aujourd’hui, c’est encore dimanche, même si c’est mardi.…

À feu doux !

Billet sens dessus dessous : Photo Clarisse Mèneret Sur le feu, des tas de trucs mijotent ! Gloub…

MUSIQUE VOLE !

Arthur Grumiaux – Bach Sonata No.2 in A minor, BWV 1003 (IV. Allegro) [tg_youtube width=”” height=”” video_id=”B_Ab3kZjl8Q”]