Mai

MAI

 

 

 

Mois de mai tout bon ou tout mauvais… Les oiseaux sont déroutés.

 

Mon fils me dit : « Dieu n’a pas de nom » et chacun convient que ce vent chaud, puissant et nocturne, exactement levé au crépuscule, a engendré une gêne tacite ; et chacun encore s’est concentré sur son malaise et nous avons attendu la pluie.

 

Étonnés, les enfants écoutent ce vent du Sud et glissent dans le mode mineur, lentement, comme les gestes faits dans l’eau.

 

Miraculeuse absence de mots entre nous.

 

Bêtes et soleil s’octroient la parole, pour un gain de minutes modulées, bergères.

 

(Parfois, tu m’appelles et je suis là, lovée en toi, à l’étale, dans un don qui exclut toute nuance)

 

Ce soir, le monde est privé d’enfance dans sa propre contemplation, oublieux de ses failles, léché du dernier vent.

 

 

Que perdrons-nous en une nuit semblable ?

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Mars (Memory)

  MARS         Maintenant, il faut bien l’avouer, même lors d’un perpétuel matin aux Tuileries,…

Décembre

    DÉCEMBRE         Et encore plus loin, anonyme distance, décembre enfoui, il faisait nuit…

Septembre

  SEPTEMBRE     Allons-nous déjà, en septembre, écouter le ” Voyage d’hiver ” ? Déjà oublieux des…

Juin

JUIN Le soir tombe toujours et l’on ne s’en remet jamais tout à fait, même en juin, temps…

Août (et dernière)

AOÛT Ce fut un étrange mois d’août, éteint, confiné, morose, si raisonnable… Avare, voilà plutôt, un mois d’août…