Choix du livre : IMPOSSIBLE !

IMPOSSIBLE de faire un choix dans tous ces livres… Juste saluer quelques auteurs, les remercier. Quelle consolation, la littérature !

J’avais très envie de parler du livre de Barbara Cassin (merci ma passeuse) Le bonheur, sa dent douce à la mort. Sous-titre : Autobiographie philosophique. Et puis, c’est trop compliqué. Je risque de m’éparpiller façon puzzle comme elle le fait elle-même par moments. Donc, c’est un livre passionnant, touffu, touchant mais je ne sais en parler. Lisez des critiques, lisez le, faites vous votre idée. Les miennes sont confuses.

Il fallait aussi dire quelque chose d‘Impossible de Erri De Luca
« Le magistrat qui m’interroge a la moitié de mon âge. Il ne sait rien des montagnes et des histoires des années révolutionnaires. Je devrais être celui qui l’interroge », écrit De Luca.
De cet interrogatoire qui tourne au dialogue. Deux hommes, un magistrat et un septuagénaire soupçonné d’avoir tué un ancien compagnon de lutte qui l’a trahi.

Il est accusé ” d’incitation au sabotage ” lors de l’affaire de la ligne à Grande vitesse Lyon -Turin ; le verdict est prononcé le 19 octobre 2015 : le parquet ayant demandé 8 mois de prison ferme, il est finalement relaxé. En écrivant Impossible, De Luca doit se souvenir de ce procès.

On parle encore d’Impossible ! Et si c’est Fatou Diome qui le dit…
Impossible de grandir, dit-elle. Et pourtant, elle est grande Fatou-Salie !
Elle chevauche les mots et les images, elle saute comme une chèvre les années, les mers, elle concocte dans ses chaudrons de sorcière du langage d’étranges visions.
Je m’appelle Salie, les rétines brûlées à scruter la vie, je voudrais m’endormir, mais je ne peux m’empêcher d’écouter les anges qui chuchotent la nuit et me réclament leur vie d’antan.
Deux êtres dans le même corps : l’adulte diurne qui est en adéquation avec l’environnement de son pays d’accueil et la gamine nocturne, La Petite, qui remue les couteaux et les pinceaux, qui attise la mémoire, qui réclame des éclaircissements, des mises au point, qui fait la mouche du coche !
C’est flamboyant, une colère de mots, douceur de miel et dureté de sel mêlées.

Et puis, je ne peux terminer ce billet sans évoquer la nouvelle maison d’édition Aux Cailloux des chemins, et dans la collection Poésie, Stéphane Bernard et son Combattant varié : magnifique ! Plus de place pour les citations. Allez sur leur site : vous y ferez de belles rencontres.

La dernière trouvaille de mon camarade-mari : merci à lui.

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

” Tu es d’air et de larme et je suis sur la terre “

Sabine Dewulf, une résonance particulière. Je découvre son écriture et ce n'est pas une surprise : bien sûr, elle écrit comme ça ! Mais c'est une émotion, une mélancolie bien douce. Pas de narcissisme, pas de copinage. De l'admiration et une proximité.
Lire la suite

José ENSCH, poète

Une poésie puissante et lointaine. Comme le sont les photographies. Pour moi, un côtoiement parfait.