Billet de saison, saison de femmes

Où l’on rend hommage aux femmes artistes

Dìptico agudo – Lucie Geffré – 2008
Quelle est la place de la femme dans l’Art, aujourd’hui ? C’est la question posée par les organisateurs de la manifestation Fenêtre sur Femmes qui démarre demain à Libourne, médiathèque Condorcet.
La personne qui figure sur ce dyptique expose quatre de ses photos demain. Et c’est une femme – Lucie Geffré – qui a peint une amie femme qui fait des photographies.
Et là, une autre femme peint : Elle s’appelle Martine Dubilé. Elle peint depuis… toujours. Ou disons qu’elle peignait quand je l’ai connue, il y a … (chut !).
Mes amies écrivent, peignent, sculptent. Aujourd’hui, elles le peuvent. C’est difficile mais elles y arrivent. Moins difficile que pour Sofonisba Anguisola et Artemisia Gentileschi (allez voir ce que ces femmes faisaient !), que pour Rosa, Berthe, Frida, Suzanne et Camille…
Et pourquoi ai-je l’impression que les trois monothéismes y sont pour quelque chose dans cette difficulté des femmes à être reconnues dans leur art ? Pourquoi suis-je persuadée qu’avant, bien avant cette poussée de la vision “maman ou putain”, elle avaient leur place ? Qu’elles n’étaient pas obligées d’aller chercher avec les dents (au prix de quelles souffrances, de quelle folie) une reconnaissance qui la plupart du temps ne venait pas ?
La place qu’elles ont ? Celle qu’elles se sont faite, à l’arrache.

P.S. : j’ai aussi des amis hommes peintres, sculpteurs et photographes, de vrais artistes ; mais aujourd’hui, pardonnez moi, messieurs, c’est à elles que je rends hommage.
Il ne m’importe guère en quelle
Langue être incomprise et de qui !
Marina Tsvetaeva

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

petit message

  Alerte rouge Par un caprice de la machine (et aussi sûrement  une erreur humaine), l’article d’hier sur…
Lire la suite

Bé-at BAH !

Faut pas croire qu’on passe son temps là à râler et se lamenter ! Même si c’est trop, trop fort…