Série Bestiaire de l’été : Nid

Abeille épouserait frelon. Lune de miel assurée – P. DAC

Choix de musique approximatif mais Yo-Yo Ma et Bobby McFerrin s’imposaient.

Ça bourdonne méchamment sous la fenêtre, enfin… si l’on peut dire “bourdonner”. Ça va, ça vient, ça circule. Ça vrombit doucement. C’est très occupé. Ça ” frelonne “. Comme d’habitude, on m’explique des tas de trucs sur les mœurs des frelons, la reine, les ouvriers, la construction du nid et qui quoi où comment quand. Moi, j’oublie… J’écoute et je regarde. J’ai un peu peur (souvenir très vif d’une piqûre !). Mais j’admire.Frelons--2-.JPG C’est tout simplement superbe. Photos C. Destandau

Ça ne pique que lorsque c’est surpris (le mien était dans une manche de pull, alors forcément…). Ça travaille et ça meurt l’hiver venu. Ça construit un nid avec des régurgitations de bois mâché : haute couture, le nid ! Façon plissé Issey Miyake…issey-miyake.jpg

Normal, le papier Japon, les lanternes japonaises.

Frelons--8-.JPGÇa rappelle aussi des choses plus anciennes, comme ceci : egypte-antique-tunique-plissee.jpgtunique Égypte antique.

Bon, on est loin des frelons mais, moi, ça m’arrange. Je sais qu’on va me moquer mais je trouve ces bestioles, leur construction, leur mode de vie (font pas de miel, eux !) plutôt inquiétants. Je n’irais pas leur faire de mal, hein, mais… Quand même, point très positif, leur nom latin est VESPA.

P.S. : merci à l’ami accueillant

P.P.S. : et là encore, ce sont les gentils frelons européens, pas les méchants frelons asiatiques !

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Tout ce que tu as…

Ma filleule m’avait communiqué sa passion pour cette belle chanteuse. (T’en souviens-tu, Cécile ? Talking about revolution) Je…
Lire la suite

Billet youps tralala

Des petites choses joyeuses et discrètes - apparition, ténuité, douceur - donnent envie de chanter, même si on en met quelques unes à côté (comme disait un grand pianiste français dont j'ai oublié le nom)