Blogogramme plat !

Ça arrive : on n’a plus envie. On s’en va. On lâche tout. On a très exactement le désir de ” faire du bien à son corps pour que son âme ait envie d’y rester ” . Et puis, on (y) revient, bien sûr. Après avoir vu ça :

P1030208.JPG

On recharge les batteries avec de l’ailleurs (ci-dessus près de Cancale) ou du tout près :

P1030237.JPG

Le château de sable qui résiste à la marée montante à Claouey. On a 8 ans et on participe à la fierté du constructeur : ” t’as vu ? il résiste ! “

On résiste. À quoi, on ne sait trop. Au désir d’immobilité. Alors, on se meut, on s’émeut. Et ça repart. On peut laisser monter et descendre, comme les marées, des émotions, des présences, des absences, des couleurs.

Je suis revenue. Je repars. Je suis la marée (être et suivre, le beau mot qui s’entend de ces façons diverses). Mes désirs d’eau me tiennent. Mes châteaux de sable aussi.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Partir encore…

À Martin, in memoriam A. L. Il était une fois un chaton dans une meurtrière. Les ruines alentours sont…
Lire la suite

Sur le pont du Nord

Finalement, que dit-elle cette vieille chanson ? Qu'il ne faut pas qu'une fille aille danser toute seule sinon elle perd sa ceinture dorée. Sa ceinture et le reste... Bon, le pont s'effondre, elle en meurt même si c'est son frère qui l'a emmenée. Continuez l'interprétation et cherchez l'erreur. À l'origine de ce billet, l'invraisemblable, l'incroyable, la terrifiante histoire de Cologne et d'ailleurs [...]