Y a pus d’saison !

En attendant l’orageDSC00971-copie-1.JPGPlus tard, on dira :

– “C’était quand déjà ? Ah oui, début juin 11.”

– “Mais non, pas juin ! Août au moins, souviens toi, il faisait si chaud !”

– “Non et non, début juin, je te dis…”

– “Je crois pas, pas possible ! Souviens-toi, il y avait eu un bel orage, un orage d’été quoi !”

– “C’est vrai… et puis, tout était grillé, cuit, cramé, rôti. Attends, je prends l’agenda 2011 : mince ! fin mai, début juin, pas de pluie depuis deux mois !”

C’est vrai que l’air était étouffant, même qu’on était allées se tremper dans la rivière, qu’on avait croisé un pêcheur qui s’en allait “à cause de la grêle qui arrive”. Ouh la la, c’est un gars du coin, un pêcheur en plus, ils s’y connaissent en météo, les pêcheurs ! Tout ça, c’est la faute aux stoupniks !

DSC00983.JPG

J’avais frémi pour les fragiles coquelicots qui allaient prendre des trombes sur leur jupe si fine et pour toutes les cerises non cueillies. J’avais pensé à toutes les fenêtres grandes ouvertes de la maison. À ceux qui seraient contents (grenouilles et cagouilles), à ceux qui auraient peur peut-être (oiseaux et enfants)… On était rentrées. Juste à temps.

Rentré le linge, penché les chaises de jardin, rangé les outils de jardinage tandis que l’orchestre là-haut jouait l’ouverture de l’opéra avec cymbales et grosse caisse, son et lumière et tout le tremblement, le tralala, le toutim-tutti.

Allez : MUSIQUE

photos C. Destandau
0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Façon(s) de parler

[…] nos actes doivent prendre en compte l’esprit d’autrui, c’est-à-dire sa capacité à lire dans nos mots et…