Cy

Cy Twombly

Oh s’il vous plaît, ne croyez pas que j’ai quelconque prétention à “faire la critique d’art”. Surtout pas avec ce genre d’oeuvres. Non, modestie et juste partage, partage toujours. En plus, c’est le partage du mystère.
Et puis, j’ai des ami(e)s peintres, alors je fais gaffe.
Vous savez, c’est l’histoire de l’homme (et de la femme) qui a vu l’homme qui a vu l’ours etc. J’ai croisé Twombly – oui, juste croisé – grâce à Roland Barthes… du temps où je travaillais sur une expo à lui consacrée. Roland Barthes peut énerver (comme Duras, comme Bobin) mais c’est un homme profond, plein d’oreilles et d’yeux très fins. Bref… Il aime Twombly.
cy_twombly_nicolas_iris_1990b.jpgJ’ai toujours pensé que twombly devrait être un verbe, si ce n’en était déjà un. Cela donnerait : “Twombly v. tr. – survoler pensivement une surface en traçant des lignes et des signes malicieusement évocateurs, et se poser par intervalles dans une effusion impétueuse.” Ou alors, peut-être, un substantif : “Twombly n. m. -un trait qui n’en fait qu’à sa tête.” Simon Schama in  Cy Twombly- Cinquante années de dessins Ouvrage Collectifcy-twombly-4-Proteus_1984.jpg
J’ai éprouvé que peindre, écrire et dessiner sont une seule et même chose.
C’est éclatant, là.
C’est si simple et compliqué.
Spontané et élaboré.
Flou et précis.
Fin et brutal.
Et j’ai pensé au Japon… à cause de la respiration et du geste calligraphiques ; aussi parce qu’il a peint des pivoines et que ça m’a rappelé des voyages…

 

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
14 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Barbara Japon

Barbara et le butoh... la parentèle.
Lire la suite

Saison Rameau

Quel beau nom il a, ce musicien, beau comme sa musique ! Depuis quelques temps, il m’accompagne. Il est…