Un cœur simple

Django et l’escargot
Déploration sur le départ de l’ami-chien

Aujourd’hui, je ne peux écrire que sur le doux Django. Je ne peux faire autrement. Il est présent dans son absence. Il occupe toutes les pensées. On anticipe sur le vide qu’il laisse. On sait déjà le manque qu’on aura de lui, de ses joies, de sa profonde gentillesse, de son amitié sans faille. La perte encore. Et aussi la chance de l’avoir connnu.
On pense toujours du banal quand on pense aux morts. On voudrait la berceuse, le caressant et c’est la brisure et le blessant. On a encore – persistance rétinienne – le grand corps souple et alerte, la joie du bain, du bâton à croquer, de l’os à ronger. On a mille images mélangées et puis surgissent celles des derniers jours, la vie qui quitte l’œil, le souffle haché et difficile et quelque chose – chez la bête qui ne peut dire avec nos mots – d’une incompréhension. Quand on pense à lui, on ressent également cette douleur d’une respiration qui se suspend, agrippant le plexus. Mal au cœur. Chasser ces images. Dépasser la tristesse.
Alors on donne tout, on déploie des trésors de douceur. On convoque les cavalcades et les rires. On mobilise les souvenirs drôles, les pitreries du chien qui aimait nous entendre rire, les attitudes étonnantes, les postures hilarantes. On revoit toute cette beauté et cette force. Une pureté. Tout le monde aimait Django, même ceux et celles qui ne l’avaient vu qu’en photo, à qui on en parlait comme on parle d’un membre important de la famille. Et on surfe sur la déferlante de tendresse qui accompagne son départ.

Contemplation 2010
Contemplation 2010

Tu es le jour
Foulant le pré parsemé d’ombres

Au travers des feuillages
          tremblants de rosée

Tu es l’éclair
Au bout du sentier
        de l’attente
Prime rayon à la brusque brûlure
Brume déchirée
Nid éclaté
Envol durable d’une grive
Haute semence
        sur les mousses
Bientôt ivres de miel, de chant

Puis course sans frein au pas de brise
        vers l’appel de l’eau vive
Face penchée
Main tendue
Cueillant dans le ciel
aveuglant écoulement
L’instant unique

François CHENG – Le Long d’un amour – Arfuyen, 2003

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Bienvenue aux oiseaux

L’autre matin, assise dans la cuisine face au parc de la résidence, mon œil est saisi par une…
Lire la suite

CHATS 2

Le deuxième billet sur les chats : sujet inépuisable. " Il n'y a pas de chat ordinaire " Colette
Lire la suite

Bestiaire décroissant

Le règne animal d'un tout petit pays entre prairies et rivières, ciel et terre. Du beau monde !
Lire la suite

Les Pierrots

Quand l'activité principale devient l'observation des moineaux et de leur progéniture : on ne voit pas le temps passer !
Lire la suite

Prise de bec

Quand les oiseaux se laissent admirer... Un spectacle délicieux