“Tiens, j’ai dit tiens”

Fatigue… Remèdes : silence, bêtes et pis c’est tout !

Allez, disons le tout net : une vieille fatigue s’installe. Un douloureux désir d’être déjà plus loin dans l’été, comme si avec le temps s’éloignait le plomb. Interminable juillet où tout s’essouffle. Revenir aux fondamentaux : la musique qui dit sans mot, les bêtes qui sont belles et ne demandent rien à personne. Opérer un retrait salutaire. Une urgence de silence. Et pourtant, je suis là à écrire ces mots…

Tanja Brandt . Ingo chien et Poldi chouette
Tanja Brandt. Ingo chien et Poldi chouette

Aspirer à un temps où personne ne serait mis en demeure de se justifier, où les insultes seraient bannies, où cesseraient l’ère du soupçon, les yakafokon et les solutions prêt-à-penser ; un temps où mettre les gens dans des tiroirs cesserait d’être commode (!). Bref, demander l’impossible. Même le silence prête à interprétation. Alors oui, l’eau, les bêtes et la musique.

Pas trouvé de crédit
(Pas trouvé le crédit)

Entendu ce matin plein de chansons d’un autre temps dont on ne sait dire s’il était plus doux. On ne veut pas tomber dans le “c’était mieux avant” mais ces chansons-là, on les aime comme on aime encore ceux qui les chantaient.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Prise de bec

Quand les oiseaux se laissent admirer... Un spectacle délicieux
Lire la suite

J’épie les pies

Quand l'espionnage des pies prend beaucoup de temps, qu'on voit plein de mouvements et de formes, qu'on attend sans attendre vraiment une éclosion qu'on ne verra peut-être pas tandis que le printemps pousse sa verte chansonnette.
Lire la suite

L’une dit… L’autre répond – 1 : la faune

Nos yeux accrochés, souvent par les mêmes images. Ou bien l'une dit : Regarde ! Nous échangeons, c'est parfois un peu surréaliste alors nous rions. Et nous essayons de fixer l'instant. D'abord, les bêtes.