Janvier

 

 

JANVIER

 

 

 

Laisser la peur prendre toute la place, ne plus l’encercler, la laisser déborder les murs, envahir l’espace et… la voir. Dans la vacuité, elle se meut aisément.

 

Janvier et ma peur : quand les feuilles étaient tombées, nous partions tailler la vigne. Les chats mettaient leur poil, les vignes perdaient leurs plumes.

 

La liesse ? Un poisson volant. On va toujours vers un hiver avec son goût d’oiseau mort et de vieille cigarette de voyage. Tout de même, la vie s’ouvrait sur un grand feu dans les vignes.

 

Demain, ou au printemps… Et toujours les gros merles dans les lilas gelés, sans soucis de nos masques blancs. Ils reviendront, les soirs roux et fous de parure.

 

Aux abois, nous nous écartelons au froid sauvage, la face patiemment tournée vers le levant.

 

En l’attente, la terre craque et bleuit, sans mémoire.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Février ( Memory)

FÉVRIER       Joignant l’ultime à l’agréable, tu partais sans bruit le matin très tôt. Je faisais…

Décembre

    DÉCEMBRE         Et encore plus loin, anonyme distance, décembre enfoui, il faisait nuit…

Août (et dernière)

AOÛT Ce fut un étrange mois d’août, éteint, confiné, morose, si raisonnable… Avare, voilà plutôt, un mois d’août…

Avril (Memory)

        AVRIL         Un jour, un orage avait tout métamorphosé, la couleur…

Novembre

NOVEMBRE         Novembre ancien, orient de terre : mort de tous les soirs, par contumace…