Décembre

 

 

DÉCEMBRE

 

 

 

 

Et encore plus loin, anonyme distance, décembre enfoui, il faisait nuit à cinq heures. Dehors, les enfants baladaient leur dense monde dans le noisetier. De la fenêtre de ma chambre, voyeuse, je suivais leurs jeux, tranquillisée par leur enfance présente, vécue vaille que vaille. Dans l’arbre, un univers, leurs petits corps vigoureux se suivaient, se frottaient à l’écorce et à l’air froid.

 

Bleu du froid vespéral, étourneaux inconnus en grappe éclatée avec l’illusion du familier.

 

Ô connaître enfin la familiarité, tandis qu’à l’imprévu nous nous rendons.

 

J’ai cicatrisé de navrants abandons ; il m’en vint, éperdument balancée sur le fléau des matins, d’acides rires et de cinglantes colères.

Dans le guet irraisonné des bateaux de la joie, le déclin des êtres coula sur mes joues.

Ce fut par l’afflux de certaines partitions miraculeuses que se brisèrent très silencieusement les amarres.

 

Je n’en attendais pas davantage et je fus violence.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Janvier

    JANVIER       Laisser la peur prendre toute la place, ne plus l’encercler, la laisser…

Septembre

  SEPTEMBRE     Allons-nous déjà, en septembre, écouter le ” Voyage d’hiver ” ? Déjà oublieux des…

Octobre

OCTOBRE       Memory   Nous étant dispersés dans l’or des poussières et des insectes, nous devions…

Août (et dernière)

AOÛT Ce fut un étrange mois d’août, éteint, confiné, morose, si raisonnable… Avare, voilà plutôt, un mois d’août…

Février ( Memory)

FÉVRIER       Joignant l’ultime à l’agréable, tu partais sans bruit le matin très tôt. Je faisais…

Avril (Memory)

        AVRIL         Un jour, un orage avait tout métamorphosé, la couleur…