Juillet

JUILLET

Tout à coup, dans le vacarme océan, le pacte conclu, un corps qui se fait oublier, les châteaux de sable, ksour ruinés mais encore majestueux, des cris d’enfants semblables à ceux des mouettes…

Alors me viennent les notes salées, les notes vertes et jaunes à la Satie.

Mais un vent brûlant nous baigne tandis que lisses, nous cheminons. Quelque souffle active notre disparition. Une baie ponctue la partition du ciel. Il y a que nul ne se lèvera plus : silhouettes de glu, jaspées dans un frisson de sel.

Memory : il y avait, je me souviens, sur le blanc des bateaux ferret capiens, un dernier éclat d’or insensé. Quatre ou cinq fois par jour, les enfants allaient saluer un mainate, l’oiseau-qui-parle, à quelques allées de là dans le village en bois.

Je vous vois tous, je suis encore là, au bord du précipice…

À ceux qui ont sauté, la même question, toujours : “S’en remet on ?”.

Qui, mais qui donc pourrait jaillir ?

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Avril (Memory)

        AVRIL         Un jour, un orage avait tout métamorphosé, la couleur…

Décembre

    DÉCEMBRE         Et encore plus loin, anonyme distance, décembre enfoui, il faisait nuit…

Février ( Memory)

FÉVRIER       Joignant l’ultime à l’agréable, tu partais sans bruit le matin très tôt. Je faisais…

Septembre

  SEPTEMBRE     Allons-nous déjà, en septembre, écouter le ” Voyage d’hiver ” ? Déjà oublieux des…

Août (et dernière)

AOÛT Ce fut un étrange mois d’août, éteint, confiné, morose, si raisonnable… Avare, voilà plutôt, un mois d’août…

Octobre

OCTOBRE       Memory   Nous étant dispersés dans l’or des poussières et des insectes, nous devions…