Une nouvelle série : les mots

Début d’une série sur les mots. Logiquement, premier billet sur le mot MOT.

Nous parlons avec un ami… il aime les mots, moi aussi. Nous aimons les dictionnaires, tous les dictionnaires : langue française, synonyme, étymologique.
Nous parlons de mots. Ceux qu’on aime à employer, les rares, les drôles, les recherchés…
Et il me suggère de faire des billets sur ceux que j’affectionne. Il m’en vient immédiatement deux, cinq, dix ! Des mots qui me font une petite étincelle dans la tête.
Mais je commence par le commencement : Les mots, ce petit mot, trois lettres au singulier… Pareil en anglais : wordwort en allemand. Plus compliqué en espagnol : palabra ; à rapprocher de l’italien : parola. On va dans la parole, là. Avec les trois premiers, on est davantage dans le TERME. Avec les deux derniers, on s’approche du concept, de la pensée. Ça se corse !

Étymologie. Le « mot » français dérive du bas-latin « muttum ». Il s’agit d’un substantif du verbe latin « muttire » dont la signification reste obscure. Ce verbe indique généralement la production d’un discours inarticulé et/ou incohérent : au sens propre, muttire, c’est dire mu, soit grogner comme un bovin.
Ça commence bien ! Un mot, dire MU, presque MEUH… MU, c’est le vide : 虚空 ou :
On n’a pas évoqué une chose quand on l’a appelée par son nom. Les mots, les mots, on a beau les connaître depuis son enfance, on ne sait pas ce que c’est. Henri BARBUSSE L’Enfer
Arrivent alors toutes ces expressions qui m’enchantent encore : “mot à mot et mot pour mot, un traître mot, en un mot comme en cent, prendre au mot, se payer de mots” et tant d’autres. Ah oui, mon ancien métier me souffle : “les mots clés”… À vous de jouer !

Je ne peux finir ce billet sans citer ce joli livre dont je garde un souvenir ému : Les Mots de J.-P. SARTRE, une parenthèse dans l’œuvre, une autobiographie douce amère.

Calligraphie Rev. Masato Kawahatsu

Quand je vous aurai dit qu’en japonais le mot MOT se prononce TANGO, nous danserons sur les mots ! Et il y aura d’autres mots qui nous feront danser le rigodon.

La chanson que je voulais vous proposer n’existe pas toute seule. Elle est ici précédée par Ma mère et commence à 3’09 : Les mots. Jean Sommer était un très beau chanteur, deux fois Grand prix de l’Académie Charles Cros. Qui s’en souvient ?

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Le voyage des voyelles

Quand on aime la langue et qu'on se penche sur l'histoire de l'écriture, on voit apparaître les VOYELLES ! Et ça change tout. Essayez de prononcer le mot YOUYOU en supprimant les voyelles...
Lire la suite

EASY

Grâce à un mot, EASY, vous décrivez un état d'âme, une situation, vous appelez une quiétude qui vous fait défaut. C'est un mot mantra qu'il faut expirer. On peut toujours essayer, non ?
Lire la suite

ça suffixe !

Les mots qui écorchent yeux et oreilles ! Non parce qu'ils sont nouveaux mais parce qu'ils désignent - plus ou moins exactement d'ailleurs - des choses qu'il faut nommer différemment. Pourquoi ? Réponse complexe.
Lire la suite

ATELIER(s)

Les Je me souviens, les dictionnaires, l'atelier... On travaille !