R.A.S.

Il y a des jours comme ça… on a envie de se plaindre. C’est moche mais ça soulage.

Je vous préviens : c’est un billet larmoyant, triste et pitoyable.
J’ai envie de me plaindre, c’est mon droit et même mon devoir, si j’en crois la Science… Sinon, je vais tomber malade. Refouler rend malade.
Je trouve que rien ne va. C’est désolant et indécent. Cela ne se fait pas. Je n’aime pas patauger dans la gadoue mais j’exerce mon droit de dire.

  • La vieillesse est chose affreuse : les dents foutent le camp, les yeux aussi, je ne parle pas des articulations. Bon, je me réjouis de bien entendre mais suis entourée de personnes qui font beaucoup répéter… Et ça m’énerve.
  • Tous les méchants font du mal aux bêtes – oiseaux (la glue !), grandes bêtes sauvages (s’ils me font disparaître la girafe, je… je… je m’étouffe d’indignation), les animaux de foire, de bouffe, de chasse… J’ai mal aux bêtes.
    Je ne pousserai pas l’indécence à parler des enfants : on atteint là les portes de l’enfer.
  • Mais comme je veux continuer à me plaindre, je dirai que le nombres des “bêtes et méchants” augmente. J’en suis sûre ! Il y a les puissants, ceux auxquels on n’a pas affaire directement mais qui sont vraiment tellement cinglés qu’ils relèvent de la psychiatrie. Et ils sont de plus en plus nombreux aux commandes. Ça pue grave !
  • Plus près de nous, il y a les incivils, les “après moi s’il en reste !”, les “pousse toi d’là que j’m’y mette”… Ils sont légions et ce ne sont pas les jeunes, non, monsieur, non madame.
    Il y a les tordus, les plaintifs (euh… moi, c’est rare, ce sera la seule fois, je le jure), les égocentristes, les qui-vous-accusent-de-leurs-propres-défauts, les qui-vous-oublient… Bon passons, pas intéressant.
  • Il y a qu’il n’y a pas de neige et que moi, je VEUX de la neige ! Peut-être que plus jamais on ne verra de la neige ! Ici, je veux dire, en bas de chez moi… Plus JAMAIS ? Cette pensée me transperce.
  • Et puis, les gens sont tellement nerveux, ils ont tellement besoin de bruit et ont peur du silence. On entend si peu la musique du silence….

Mais, d’un coup après une bonne douche, l’éclat de rire d’une amie, un coup de cymbale ! La mésange, ce matin dans le parc, une luciole en plein jour ! La patte de la minette sur votre menton, un geste d’une douceur… Quelques mots dans le livre qu’on vient de finir (il était terrible ce livre, même la tendresse y était terrible)… D’autres mots, ceux de l’ami qui vous disent que vous comptez pour lui, que vous pouvez compter sur lui. Et puis, il y a cette étoile très brillante, Vénus sans doute, que je vois toutes les nuits… La consolation.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
17 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Surchauffe

Quelques sujets de colère et de crainte... Liste non exhaustive.
Lire la suite

Les changements

Les changements : pour un mieux, on se réjouit. Pour un pire - le plus souvent dit la pessimiste - on se lamente. Et pourtant, chaque minute en est emplie. Alors on tente de s'adapter. On y arrive sinon...