Deuxième carte postale : Les doigts dans le Né

Comment retrouver la source d’une rivière ?

Nous partîmes joyeux et confiants ; l’initiateur de l’expédition avait le plan en tête. Objectif : retrouver la source du Né. Elle existe, bien sûr. Il faut bien qu’une rivière naisse quelque part ! Il faut trouver la naissance de ce ru. Elle est sur la carte IGN : le Né prend sa source LÀ !  C’est qu’il est tout petit sur la carte, ce départ de rivière.

Nous tournicotons dans la campagne, la conductrice concentrée écoutant scrupuleusement les indications du copilote – alors qu’il y a tant de jolies maisons et des fleurs magnifiques partout – et à l’arrière, le grand chien et la narratrice. Nous savons qu’il faut suivre l’indication Lieu dit Chez Guitard, ce qui est plutôt sympathique ! Ça donne envie de chanter :

Direction Chez Guitard

En passant par chez Guitard, pour trouver le Né (sur un air et même deux bien connus… ceux qui trouvent le signalent.)
Mais il est bien caché, ce Né ! (Oui, bon..)
Nous nous arrêtons près d’un étang, en faisons le tour, croisons des épeires et un bourdon gourmand de marjolaine auquel je chante un autre air connu (2ème devinette). Au centre de la pièce d’eau, un exutoire : serait-ce la source ?
Une agitation s’empare du petit groupe. L’aurions-nous atteinte, la source du Né ? Un doute subsiste, les questions affluent (oui, bon, bis).

Épeires sur salicaire

Puis nous apercevons plus loin, en contrebas dans la campagne une ligne d’arbres… Abandonnant notre étang, ses épeires, ses bourdons, ses reflets superbes, nous nous dirigeons vers ce qui pourrait bien être le but de l’expédition ; nous voyons des iris d’eau : très bon signe !

Glais d’eau ou Flambe d’eau

Les iris ou Flambes d’eau ou – comme le disait ma provençale de mère – les glais d’eau veillent sur le bébé ruisseau, elles le parent, le chantent, veillent sur lui. Il est si petit. Il ira plus loin alimenter la Charente, il aura grandi, histoire d’affluents et de confluents. Je ne peux m’empêcher : je trempe mes mains, je mets les doigts dans le Né.
Nous sommes satisfaits. Nous nous congratulons façon Stanley sur le lac Tanganyika : “Docteur Livingstone, I presume”.
Voilà, l’expédition est finie. Comme toute exploration, elle aura permis de nombreuses découvertes, des hésitations, des rencontres imprévues, des douceurs végétales et aquatiques.
Hésitation pour la vignette musicale : bien sûr, Manon des Sources… Et puis La Source, album de Jajouka , groupe de bergers marocains « Un groupe de rock vieux de quatre mille ans », disait William Burroughs.  Et enfin, je pense à Schubert, naturellement et je tombe sur ceci : extrait de La Belle Meunière, une adaptation et cette voix magnifique ! Wohin = OÙ ?

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
16 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Paris

Quand on revient de Paris sens dessus dessous, sentiments très mêlés, le prix pour un bon moment est très élevé. Mais il y avait l'immense Nicolas de Staël. Ne retenons que ça !
Lire la suite

L’île longue

Le bout de l'île : y aller, bien sûr en traversant des lieux fous. Y arriver, s'y baigner. Se dire : j'y suis.