La photo, un récit ,

Philippe P. Pelletier. 2005
À quoi pensent les photographes ?

À mes amis photographes, avec admiration
La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard. – John Stuart Mill

Pour moi, non photographe, toute photographie est un récit. Parce que j’écris, sans doute… Je ne peux rester dans l’œil : les mots arrivent et racontent. Peut-être que les photographes n’aimeraient pas ça…
Je crois que c’est Paul Ricœur qui dit que toute souffrance demande récit. Est-ce que toute photo appelle récit ?
En photographie, on ne capture pas le temps, on l’évoque.  dit Bernard Plossu que mon ami photographe admire tant. Illustration parfaite ci-dessous :

Philippe P. Pelletier. 2005

Ce que je crois, c’est que la photo, c’est un rapport au temps. Et c’est peut-être là que nous jointoyons temps, récit et photographie. Passons au delà du cliché (!) de ce qu’on veut fixer, du temps épinglé comme un papillon. Allons dans le temps long, du moment où celui qui tient l’appareil a vu quelque chose qu’il a eu envie/besoin de retenir avec l’outil qu’il aime/sait utiliser. Quand une photo me parle, je me demande toujours : et lui/elle, les photographes, qu’ont-t-ils pensé, que leur est-il arrivé à ce moment-là ? Et c’est cette histoire qui m’intéresse, c’est autour de l’image, le rapport du photographe avec son sujet. Partir du réel, montrer autre chose, au delà du réel.
Alors mon récit dans tout ça ? Eh bien ceci, par exemple :

Photo Feggari Xouw Port d’Hermopouli – Syros

L’image représente et imite le réel. La photographie n’est pas une image et pourtant : “une image est une comparaison ou une métaphore qui vise à transcrire le réel par le prisme de l’imagination poétique. Il ne s’agit plus d’imiter le réel mais de lui donner un sens par un regard créateur.”
La langue latine a d’ailleurs senti cette ambivalence puisque « imago » désigne d’une part la représentation du réel, et d’autre part l’apparence, parfois trompeuse, de la réalité.*

Photo Clarisse Méneret-Massart

φωτoς, photos : lumière, clarté  – qui utilise la lumière.
γραφειν, graphein : peindre, dessiner, écrire – qui écrit, qui aboutit à une image.

Écrire avec la lumière : voilà !

Et pour vous cette chanson qui est pour moi la plus parfaite photographie/poésie/chanson :

Si on ne s’émeut que devant un palmier, c’est con, parce qu’il y a des jours où les platanes sont formidables. – Robert Doisneau

*Je suis ennuyée avec ces citations : j’ai fait un petit copié/collé et n’ai jamais retrouvé le texte source lorsque j’ai voulu donner les références. Que l’auteur me pardonne.
Petit P.S. : en 2011, j’avais écrit un billet sur les photos ratées, je me permets de mettre le lien ici :

Les photos ratées

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Claude
Claude
il y a 6 années

Unephotoestunephotoestunephoto…

Je dis toujours que je photographie comme si j’étais aveugle. Impossible à expliquer mais c’est ça. L’instinct et le désir. La faim. Le récit vient après.
La lumière qui me traverse et l’architecture des lieux. Jamais le “joli”.

Belle citation de Doisneau !

zaja
zaja
il y a 6 années
Reply to  TempesduTemps

Pirouette peut-être, mais parfait résumé pour essentielle vérité sûrement.
Seule la photographie sait faire de notre quotidien un ailleurs, presque sans lien avec le lieu dont on croit tout connaitre.
Et, modeste avis, si de récit il s’agit, c’est principalement de ce condensé poétique qui nous saute aux yeux.
Même le photographe ne l’avait pas vu! Un vrai boulot de magicien qui s’étonne de ses tours, condamne l’inertie, le figé sans raison, paradoxe!
Car, par magie d’un bouton pressé, lumière aspirée, chaque chose est condamnée à avouer sa raison d’être, sa culpabilité de beauté non divulguée. La dévoiler, c’est tout l’effort de sa profession.
Le fait de filmer ne permet pas de résumer cette exception, il se force à reprendre l’identique du flot.
La photographie, abrupte et radicale, rend le lieu orphelin, l’équipe d’un théâtre de palmiers, sans palmiers.
– “Dis, comment tu savais qu’il y avait un cheval dans la pierre ?”
– “je ne savais pas, c’est le cheval qui me l’a dit.”

zaja
zaja
il y a 6 années
Reply to  TempesduTemps

Premier spectateur, au singulier, je n’inclus pas les autres photons penseurs.
Mais personne ne pourra contredire la force créatrice de l’appareil lui-même.
Après viennent les filtres du volontaire, du nécessaire.

Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Les barques musicales

Quand les barques chantent... c'est toute l'eau qui chante avec. Elles chantent de toutes les couleurs, sur tous le tons, dans toutes les teintes.
Lire la suite

La réplique

Quand une photo inspire un tableau : quand deux artistes jouent leur partition, la première interprétant le réel, la seconde interprétant cette interprétation.
Lire la suite

hang to the HANG !

Dans une émission de télévision, on voit des musiciens étonnants...
Lire la suite

“Le bol du pèlerin”

Billet de 2010 sur Morandi, Jacottet et Bach. Spécial dédicace à mes amies peintre et musicienne.