Feu l’été ( été ? vraiment ?)

Chien rêveur au bord de l’eau
histoire de saison : jamais contents !

Il a été, l’été. L’est plus. Il est fini ? Mais il n’a pas commencé !

Peut-être reviendra en automne, ou plus tard mais… avant l’août, foi d’animal ! Tout arrive. Et quand je vois les gondoles pleines de cartables – non, de sacs à dos – et de stylos, je pense que cette année, ils font encore plus fort que d’habitude puisqu’on est passé direct du dernier jour d’école à la rentrée. Je lis un article marrant sur les enfants qu’il faut faire atterrir doucement pour préparer la rentrée. Les vacances, la vacance, la vacuité, le vide alors que les gens sont si occupés ou préoccupés à occuper la vacance. Quand je pense que le mot ÉTÉ vient de BRÛLER, je souris. Pas d’été brûlant, (pléonasme donc) pas d’été du tout ? Comme une frustration, un goût d’inachèvement, de promesse non tenue.

Je cherche dans les souvenirs, dans les photos : pas un(e) seule où je porte la robe-pour-quand-il-fait-très-chaud… Ah si, en juillet, deux jours, un cagnard, presque 35° ! Même pas le temps de sortir le ventilo du cagibi. Bon, le temps d’un bain ou deux.

P1040032

Mais quand même, où est-il l’été (cf. ma petite chanson du début) ? Et puis, je retrouve ceci dans mon carnet :

 Été

 Août glisse sur ses herbes chaudes.
Une fatigue s’installe, un épuisement des lumières, un excès de jours, une extinction de joie.

 Les mouches zézaient.
La rivière est un baiser.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

ENFIN !

http://www.dailymotion.com/video/x2dgzf_ravel-piano-concerto-in-g-major-arg_music (Comme souvent Deezer fait la tête ! Alors on cherche ailleurs… De toutes façons, on s’allonge, on…

Mot d’excuses

Très chers abonnés, Comme vous avez pu le constater, une erreur d’aiguillage a créé un léger incident :…