Aigrette

Et vient l’heure de l’aigrette, l’indolente et précautionneuse aigrette.

Ce temps d’incertitude lorsque la marée tourne.

Une indécision dans la lumière.

Une hésitation dans la direction.

Chaque heure a sa propre odeur et ses propres oiseaux.

J’entends l’eau juponner, mouvante mosaïque.

Peau et os affamés de soleil

Tête évidée

Eau de naissance.

L’Herbe 31 Mai 12

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Poèmes anciens

Un fantôme d'oiseau, le froid, la lointaine présence et l'humilité de Satie admirablement servies par R. de Leeuw : la saison est à la mélancolie.
Lire la suite

Écho

Écho Aller à la joie dévorante, joie animale qui déchiquetera la désolation Une joie-ravage : entrer dans la…