ESTRAN

Le lieu de l’eau et des oiseaux

À Clarisse

ESTRAN

 

L’estran disparaît
Les sternes passent. ” Elles s’appliquent ” dis-tu
Tes yeux volent
Les moineaux attendront notre absence pour picorer les miettes que tu as disposées pour eux, sur le muret, près du laurier.

Pas de silence ici : le vent
L’eau cogne. Tout est à la fois familier et étranger.


Il faudra aller chercher la douceur sur la dune
Dans les genêts neufs et les ajoncs finissant
Dans le petit trot du chien, son grand museau à l’avant,
Ses pauses sur le labourage des sangliers.

Au retour, voir l’île flotter.

L’Herbe 4 avril 2021

Photos de Une et ci-dessous Clarisse Méneret

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Trois

Trois frères éphémères Trois mères effrayantes Trois effraies charmantes Trois rêves d’envergure À quelques encablures De notre présent…
Lire la suite

Lait de temps

La lecture d'un beau livre apporte le souvenir d'un texte. Pas de lien direct, une parenté : aridité et abondance.