Nouvel an – Poème non saisonnier

 Un pays simple

Qui accepte son silence

Détoure ses branches

N’offre que sa modestie

Les arbres y sont de dos

Presque rien :

Juste la chanson du feu

Et, de mes amis,

Les rires en escarbilles

L’Écouté, 1er janvier 2010

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Lait de temps

La lecture d'un beau livre apporte le souvenir d'un texte. Pas de lien direct, une parenté : aridité et abondance.

Bassin VII

BASSIN VII  Repli clair et rapide : bans de pépites fuyant sous l’aiguillon du jusant. Loin et très nets…