L’éro­sion éclai­rante de Thierry Metz