Marcher, dit-il

https://picasaweb.google.com/101208175207629787290/10Juin2012

(clic droit sur adresse puis un clic sur la video)

Non, marcher n’est pas l’outil illusoire de l’oubli ; d’ailleurs qu’oublier et pourquoi ? Marcher serait plutôt, pour moi, le paradoxe de la contemplation active. Paradoxe puisque contemplation induit immobilité. Ce serait une contemplation mobile. Une déambulation, par définition sans but précis, pourtant pas une promenade.

Elle marchait sans fin mais marcher ne “trompait ” pas sa douleur. Marcher n’effaçait pas le deuil […] Marcher ne console pas. Marcher fait penser. Chaque pas argumente. Chaque genou qui se soulève, […] qui ouvre l’air, amène une question qui s’ouvre, elle aussi, à l’intérieur de la tête. Marcher fraie quelque chose dans le lieu, fore quelque chose dans le temps.
Pascal Quignard Les Solidarités mystérieuses, Gallimard 2011

 

P.S. : Mon billet n°232 du 8 octobre 2011 intitulé ANDANTE était plus léger. La musique de Schubert est si tendre…

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Avec tout ça…

Du végétal et de l'animal pendant et après l'étrange période. La nature n'a pas dit " Pouce ! ".

Un ami essentiel

Bonne nuit à tous ! https://www.youtube.com/watch?v=BUKti_avXfc Pas ” sommaire ” du tout, le vieil ami Jean et quelle émotion…