Les tempes : le retour ?

“Je suis obscur comme le sentiment.” Pierre Reverdy – Le Gant de crin

On me dit que mes vieilles tempes peuvent encore apparaître. C’est ce que l’on va voir. On me dit, dans une langue que je maîtrise mal, faites ci, faites ça. Je fais. J’essaye de faire. Si ce blog est de nouveau visible, j’essaierai d’y faire vivre le réel et la joie, difficile compagnonnage.

Pour l’instant, je vis dans la mélancolie d’un passé que je n’ai peut-être même pas vécu et dans la joie présente d’un oiseau venu donner, sans le savoir, sa petite silhouette.

Alors, sans doute à bientôt.

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Débord

Quand on croit qu'on est débordé et qu'on se demande bien pourquoi. C'est qu'on s'intéresse à trop de trucs : littérature, musique, photo, cinéma, animaux et nature, politique (si si) ; on a des amis et on échange. Tout ça tout ça...

Blonde

2000 : parution en France de Blonde de Joyce Carol Oates. Pas rien, cette affaire : d’abord le…

Petite récré

Dans l’article sur Duras et Lowry, j’ai oublié de raconter l’anecdote que voici : Il y a des années,…