Chute : Statue-vivante (suite et fin, j’espère)

Statue-vivante
Où il est question de statues-vivantes, de mouvements apparents, de la poésie de Bonnefoy et d’une rencontre .

Se mouvoir le moins possible. Le mouvement est intérieur et cérébral. Et on se tait, enfin on parle moins comme si le mouvement était une parole en acte.

On pense au mime Marceau qu’on aime tant. Pas à l’imparfait : on l’aime encore. On se souvient des statues-vivantes de Londres si tristes… surtout celle de Charlot qui, pour moi, est l’essence même du mouvement : tout bouge chez Charlie Chaplin, du bout des pieds aux sourcils, il marche, il danse, il court avec sa nuée de flics aux trousses. Charlot statufié ? Impensable.

Puis des questions viennent : pourquoi l’immobilité fascine-t-elle ? Vient-elle titiller la mort ? Il y a du vivant sous l’impassible. Et dans le silence. Mais ce monde flotte entre vie et mort. Soudain s’impose la visite de Yves Bonnefoy, les derniers vers de son premier recueil, Du mouvement et de l’immobilité de Douve :

Ainsi avions-nous cru réincarner nos gestes,
Mais la tête niée nous buvons une eau froide,
Et des liasses de mort pavoisent ton sourire,
Ouverture tentée dans l’épaisseur du monde.

Du mouvement et de l’immobilité de Douve, Édition du Mercure de France, 1953

Alors on pense à Marina ABRAMOVIC :

P.S. : Une amie souriante me prête le recueil de Ingeborg Bachmann, Toute personne qui tombe a des ailes. J’en reparlerai quand mes ailes auront poussé.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Spring in Bordeaux

Allez, on oublie les chicayas (Vient de l’arabe شكاية qui signifie « plainte ». Peut-être via le turc Şikayet –…
Lire la suite

Billet bizarre : c’est l’printemps !

Quand on s'accroche aux branches, rameaux, fleurs et feuilles, ailes d'oiseaux et pattes de chien. On s'accroche parce que c'est du solide et qu'en ce moment, le sérieux et le compétent manquent. En rire ?