Seule notre ombre est tendre…

La doublure
Métrer le temps passé
À bâtir le silence à grands points.
Nous voyons à travers la transparence de la peine :
elle est très semblable à la fumée de cigarette.
Elle en a le parfum, invisible et présent.
Explorer les doublures à la recherche de miettes abandonnées.
Seule notre ombre est tendre.
Fin mai 2015
 
 
0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Poèmes anciens

Un fantôme d'oiseau, le froid, la lointaine présence et l'humilité de Satie admirablement servies par R. de Leeuw : la saison est à la mélancolie.
Lire la suite

Été 1

Été 1 Quelques jeunes nuages tressent le ciel en hâte. Les cimes des arbres palpent et défont ces…