Marre d’Août

J’en demande pardon à ceux qui ont repris le travail ou vont reprendre mais je le déclare bien fort : j’en ai marre de l’été ! Je n’ai pas toujours dit ça, je dois vieillir… Quand je pense les moqueries que ma pauvre vieille mère a endurées lorsqu’elle se plaignait à ce sujet, j’ai honte.

C’est vrai, quoi ! Il fait chaud mais trop chaud : on ne peut rien faire, il faut programmer les heures de sortie sous peine d’insolation, il y a du monde partout, tous en même temps au mêmes endroits, les lieux frais bien sûr. On risque le choc thermique à chaque entrée ou sortie d’un magasin : -15° dedans 50° dehors. On a les mains moites et les pieds poites. J’abandonne l’ordi parce qu’il génère de la chaleur. Tout est compliqué et pénible. On ne rêve que de ça :pieds-dans-l-eau.jpg

Enfin, moi je ne pense, ne veux, n’espère, n’attend que d’être dans l’eau. J’ai presqu’envie d’aller à la piscine ! Le froid, on peut lutter, se couvrir, marcher, sauter, se réchauffer à ou réchauffer l’autre. La chaleur, quand on a tout enlevé, pris trois douches, allumé le ventilateur et qu’on se sent encore accablé, on sature. Qu’est-ce que j’eux faire ? J’sais pas quoi faire…

J’ai revisité les classiques pour illustrer musicalement mon billet-ras’la-casquette et j’ai trouvé plein de choses :

Côté cinéma : Dans la chaleur de la nuit, Chaleur et poussière, Canicule, L’été meurtrier et plein d’autres – certains moins avouables !

Côté livre : l’incandescent Lumière d’août de W. Faulkner.

Côté chanson : je vous laisse écouter LA Karina.

P.S. : Baisse des températures attendue pour mercredi. Me tarde. En attendant, vais prendre ma nième douche. La chaleur, ça n’est pas écologique.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Compter les prunes

Généreuse nature : les pruniers en folie cette année. Il y en a pour tous les goûts. Ramassez vite. Tout doit disparaître. Les oiseaux aideront, eux et d'autres bêtes, on l'espère !
Lire la suite

Encore heureux…

Pas en dessous (36ème), pas au dessus : juste à côté pour voir en oblique ce qu'il y a de passionnant de magnifique, de petit comme un champignon ou d'immense comme le ciel... Un tango.