D’ailleurs…

On nettoie presque tout avec l’ailleurs, l’ailleurs pas lointain d’ailleurs, l’ailleurs d’à côté sur la carte. Rien que les noms de pays déjà vous lavent : Saint-André-des-Eaux, Vouvant-Mervent, Les Pont de Cé…

Ci-dessous : Marais de Brière

 

P1030356.JPG

Pays perdus, des eaux sur la terre, des terres sur les eaux, des barques qui n’attendent plus rien, un doux partage de l’espace, un temps suspendu au ciel lui même bien changeant.Et puis plus loin, tournant le dos au rivage, en entrant à l’intérieur du pays,  on longe l’étrange Loire qui se prend pour la mer comme à Paimbœuf (habitants : paimblotins et paimblotines).

P1030388

Plus loin encore, le fleuve s’étire, s’ensable, s’allonge, se laisse envahir par ses îles. Fleuve, bancs de sable, rives se confondent et l’on sent l’instabilité du tout, la fragilité d’un territoire versatile. Rien n’est fixé. Tout bouge. Et j’aime cette mouvance, la fluctuation des éléments, un doux aléatoire du paysage.P1030392-copie-1.JPG Ci-dessous,

à Champtoceaux (habitants : castrocelsiens, castocelsiennes), la terre dessine sur l’eau.

Contours mal définis des identités. Et Mélusine n’est pas loin, la femme-serpent, la fée bâtisseuse, la reine de Mervent-Vouvant, une des plus belles forêts qu’il m’ait été donné de voir ! Hêtres, chênes, châtaigniers s’y serrent et s’y côtoient.

Mélusine est une habitante de la forêt. On sent l’ancienne magie partout.

Et partout, des hirondelles, des haridelles et des harpes (d’où le choix de vignette musicale).

Finalement, comme le disait un musicien ce matin : le doute rassure.

P.S. : On est vendredi 13 et bien qu’ayant passé une excellente journée, j’ai des problèmes de police, de corps (comprenez de taille de caractère) alors, j’envoie ce billet avant de piquer une crise de nerfs ! 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Petite récré

Dans l’article sur Duras et Lowry, j’ai oublié de raconter l’anecdote que voici : Il y a des années,…