Interlude – Intermède

Les saisons font n’importe quoi. Nous aussi.

Le fond de l’air effraie !

 

Ou petit billet de rien du tout que j’ai d’ailleurs oublié de poster… Ballade ce soir (donc hier) : trop frais sans veste, trop chaud avec. Étrange impression : c’est l’été dans deux jours mais il est déjà passé. Et pourtant, c’est un fond d’air frais de printemps… ou d’automne ?

Il y a un truc qui cloche, en retard ou en avance, un court-circuit dans la saison. Un décalage, un ratage.

Les oiseaux s’en foutent : ils continuent leurs p’tites affaires. Mais c’est bizarre quand même.

Comme si une saison avait fait une queue de poisson à une autre et maintenant tout est chamboulé. On dit demi-saison mais là, c’est la demi-saison de la demi-saison : on appellerait ça une quart-saison…

Et puis quand ce sera le jour le plus long, le 21, fera trop frais pour un long soir d’été qui doit être tiède et parfumé. Enfin, peut-être… On n’en sait rien.

Le cœur aussi est comme ça, une quart-saison du cœur. Je vous dis, bizarre bizarre. Ou bien c’est moi.

L’été s’en vient, l’été s’en va.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
clarisse
clarisse
il y a 12 années

Il y a un truc qui cloche oui.

.

C’est déstabilisant ,je trouve, cela rend mal à l’aise ce changement.Il va falloir s’adapter mais cela se fait avec force et résignation.Continuer de prendre soin de se qui nous entoure avec
amour pour cette belle nature. Des petits geste précieux..

Vous pourriez aussi aimer

As-tu ton style ?

Je dois d’abord faire une rectification : j’ai utilisé hier le mot “acceptation” là où j’aurais dû utiliser le…

Naissance

  Pour les 3 ans du blog, je lui ai offert une petit sœur : une nouvelle catégorie…

Le Merle blanc

J’ai beaucoup cherché – en vain – un chant de Taos Amrouche, le merle blanc de Kabylie. Trouvé…