L’anti-carte postale post retour

Quand on revient…
Volver : le retour
Vues du train, les arrières-cours marseillaises sont pathétiques ; mais, soyons honnêtes, sous la grisaille d’un jour de février, les arrières-cours de tous les pays flanquent le cafard.

L’étrange pays si peu aimable, de vignes à même les marais, quelque chose de définitivement poussiéreux, rose sale, gris pas propre, sable cracra, et soudain, au milieu de cette crasse beigeasse, trois flamants roses en vol, cou coudé, irréels. Heureusement qu’ils étaient là, à ce moment…

J’ai aimé voir la Méditerranée grise, petite mer comme un lac, sans vague et sans marée, je l’ai trouvée bien petiote, oui, pas étincelante du tout, désuète. Même les mimosas avaient l’air d’être infiniment fatigués : l’anti-carte-postale. Ne cherchez pas l’objectivité : c’est bon de revenir. À partir de Toulouse, les paysages se sont faits familiers, doux et humains.

Je ne suis pas une vraie voyageuse : je crois que j’aime partir pour pouvoir revenir ! Ou plutôt, j’aime l’aller et le retour, le mouvement. Ce n’est pas vraiment là où je vais qui m’enchante, c’est y aller. À moins que ce soit ça, le voyage, partir, revenir et que la destination soit une parenthèse, enchantée ou pas.

Demain, j’irai saluer notre océan géant, fouler un milliardième du sable des plages immenses, guetter les mimosas qui se préparent et attendre calmement le printemps aquitain.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
12 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Les cigales d’Égine

Une magnifique petite île, douce. Plus que jouer au guide touristique, vous donner en partage le saisissement de la beauté, les présences immédiates et lointaines.
Lire la suite

L’île longue

Le bout de l'île : y aller, bien sûr en traversant des lieux fous. Y arriver, s'y baigner. Se dire : j'y suis.