Un petit vrac de balcon

Sur le balcon il y a … inventaire à la Prévert, oui, pré vert. Il en manque beaucoup, surtout les ratons laveurs. Demain, peut-être.

Très rapidement – j’ai d’autres casseroles sur la gazinière – des nouvelles végétales, fleuries, animales, bref bucoliques de chez moi.
Depuis quelques temps, en plus des mésanges qui ont compris qu’il n’y avait plus de chat dans cette habitation, d’autres oiseaux viennent sur le balcon. Les mésanges sont très furtives : je n’ai pas de photo. Pour le petit rouge-queue noir, j’étais si médusée que je me suis contentée de l’admirer. C’était la première fois que j’en voyais un chez moi !

Cette année, j’ai peu de fleurs. Je n’ai que celles de l’an dernier qui veulent bien repartir. Mais je ne me plains pas : elles sont vaillantes et charmantes. Dans le désordre (toujours) :

La photo est assez nulle mais la capucine fait ses fleurs une par une ce qui fait qu’il y en a toujours une bien épanouie. Elle aime bien la proximité des campanules et ensemble, leurs teintes font merveille !
Au fond, des clochettes blanches : non, ce n’est pas du muguet. Peut-être des perce-neige mais comme j’ai ramené ces plants de la campagne, ça a dû muter un peu. Enfin, tous les ans, je n’ai pas de muguet mais six à huit brins de clochettes blanches. Elles me plaisent. Parfois elles se font attendre. Cette année, je ne les voyais pas sortir et il y avait tant d’oxalis que j’ai bien cru que c’était fichu. Et puis… coucou, nous voilà !

La clématite a pris d’assaut la grille : elle est gaillarde. Je l’ai pourtant taillée à mort : je pensais qu’elle était fichue. Tra la la, ça repart.
Et puis les oiseaux ! On sait que le parc est très habité mais les visites étaient limitées jusqu’à ce printemps spécial. Les oiseaux sentent qu’il se passe un truc bizarre.
Alors, ils s’enhardissent. Les graines de tournesol font le reste.

En plus du petit rouge-queue noir – quelle merveille ce tremblotement d’oiseau – pour un unique passage, Madame ou Monsieur PIE ! (Photo C. Destandau)
Restée là un bon moment, a bien mis le bin’s dans les graines, a fureté partout puis est repartie comme elle était venue, grâce au bleu de ses ailes.
Jamais elle ne nous avait gratifiés de sa présence.

Décidément, c’est vraiment un printemps spécial !
Il apporte son lot de surprises, déroule sa présence d’une façon étrange. Banalité de dire que le temps passe étrangement…

En Une, devant la clématite et les oxalis – l’on me dit qu’elles sont jaunes en Grèce et très envahissantes aussi –  la très belle et fine heuchère ou désespoir du peintre : la mienne est modeste. Mais la petite fleur, regardée de très près est de toute beauté.

Voilà, la visite est terminée. La pervenche perdure. J’attends les pois de senteur.
J’attends pas mal de choses, en fait. Il ne faut pas attendre. Allez, j’ose…

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Légende dorée

1 Deux lettres, seulement, deux lettres… Pour tout l’OR du monde !              2 OR pour la sueur du soleil…

HORS SÉRIE

Le fichier video du billet Marcher, dit-il est illisible… On y travaille. Demain est un autre jour. Excusez…