Novembre

NOVEMBRE

 

 

 

 

Novembre ancien, orient de terre : mort de tous les soirs, par contumace ; morte de toutes les morts crépusculaires, peu après avoir brandi, reliquat, un regard fauve. Puis, dans le désespoir de l’achevé, aller vers un très vague néant pressenti accueillant.

 

 

En fait, avancer avec dans le dos des vaisseaux aiguisés. En pâture, se donner à de plus pantins ? Pourtant, un certain oiseau s’est fiché dans mon œil droit, me nommant dans son éclaboussure.

 

 

Dernière poésie avant le rivage… Tendu, un flamant rose accompagne déjà la vision.

Avant, j’allais, clinquante, claquante. Silence contemporain.

 

 

Matin africain : la ville appartient aux chiens, en d’arrières quartiers, en d’amères banlieues. Instant tondu.

Soir africain : la rue appartient à la foule comme la foule appartient à la rue.

 

L’Atlas, c’est le sang du monde, veines ouvertes. Chaque soir, le monde y éteint son regard.

 

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Mars (Memory)

  MARS         Maintenant, il faut bien l’avouer, même lors d’un perpétuel matin aux Tuileries,…

Juin

JUIN Le soir tombe toujours et l’on ne s’en remet jamais tout à fait, même en juin, temps…

Décembre

    DÉCEMBRE         Et encore plus loin, anonyme distance, décembre enfoui, il faisait nuit…

Mai

MAI       Mois de mai tout bon ou tout mauvais… Les oiseaux sont déroutés.   Mon…

Février ( Memory)

FÉVRIER       Joignant l’ultime à l’agréable, tu partais sans bruit le matin très tôt. Je faisais…

Janvier

    JANVIER       Laisser la peur prendre toute la place, ne plus l’encercler, la laisser…