Là bas si j’y suis…

Si tout va bien, je suis loin. Alors que le soleil dont je me languissais arrive enfin, je pars au nord, très très là haut, au pays des falaises, baigné par une autre mer. On n’est jamais content. Je ne suis pas sûre de pouvoir fabriquer des billets alors j’en prépare une provision.

Lorque j’arrive aux pays des falaises, froid et pluie sont au rendez-vous. Ouf !

Vous parler de deux éléments essentiels à ma vie :

avril13.jpg– une des plus belles choses qui m’ait été donnée, c’est mon

amour profond pour les animaux. Un privilège, une grâce, une chance. Se décentrer de soi et les regarder vivre est une réservoir de sagesse. En ces temps de misanthropie virulente, les savoir donne force et courage. Je reste, pour rassurer ceux qui redoutent que l’amour des animaux l’emporte sur celui des humains ou en soit la réplique plus confortable, très proche et portée par l’existence de quelques êtres humains, proches ou plus lointains. Mais les bêtes comme on les appelle m’émeuvent et sont porteurs de joie.

Izmir dans le pommier Photo (et chat) Clarisse Mèneret

– L’autre composante est la présence constante, intériorisée de la musique. À entendre et à écouter, seule ou ensemble, à partager, à découvrir, à oublier et à retrouver, à vibrer dans le corps et l’esprit. Aussi loin que ma mémoire remonte, elle est là ; nous ne nous sommes jamais quittées. Et l’on sait pourtant comme le silence est poignant. Mais la musique, c’est le silence habité.

Une fois n’est pas coutume, j’offre cette musique à mon camarade de vie : il saura pourquoi.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

TURNER

Quelle aventure !   Turner – Tempête de neige, 1842 On connaît un peu… on croit connaître. Et…

Danse de chêvre

Les musiques auxquelles vous avez échappé : Capri, c’est fini, la musique de La Petite chêvre de Monsieur…