Ça nous parle (suite)

Ce compositeur, Juan de la Encina, est espagnol et Sassetta est italien. Mais je n’ai pas encore salué Montserrat Figueiras qui s’est absentée alors… Voilà qui est fait.

Jamais finies les interrogations sur le regard. Je parlais à une amie peintre de ce que j’avais vu à Londres et elle me disait qu’un certain stade d’émerveillement stoppe le discours. Elle parle d’expérience. Elle parle d’épuisement du discours ou de son tarissement. Et puis pourquoi parler ? Pour partager ? Mais on est seul avec son étrange émotion. Ça nous parle. Mais ça nous parle de quoi ? Et comment ? Sommes-nous gênés par notre méconnaissance des codes (je dis NOUS mais ne parle que pour moi) ou aspirons-nous à leur culbutage ? Ça nous parle de loin et au loin du langage.

Elle me dit encore l’impossibilité des mots devant ça :

Sassetta-ranieri.jpg

Ça, c’est Sassetta et c’est sensationnel et c’est stupendo (merci Martin, merci Gabriel) !

On re-présente, c’est-à-dire on rend à nouveau présent…. mais par la représentation, on est déjà dans l’interprétation. La narration s’impose puis s’épuise. On est saisis par ce cube gris minéral et semblable à une tombe (en fait une prison) d’où sort un personnage. On voit cette porte minuscule sur le côté du cube. Bien sûr qu’il se passe quelque chose mais on s’échappe de l’anecdotique pour se laisser gagner par le mystère. Ça nous chuchote mais d’un ailleurs, ça nous relie aux songes les plus anciens. Et ça nous parle.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Avec tout ça…

On papote, on vote, on re-vote et le temps passe. Aujourd’hui, c’est encore dimanche, même si c’est mardi.…