Convalescence

Loin… enfin au moins à 140 kilomètres, vers le Nord. Un autre pays.

Les étangs encore gelés qui peinent à se libérer de leur couvercle. La gangue tient.

Ici et là, posés sur les talus, des paquets blancs, blocs de neige non fondue. Quelques routes signalées ” Barrière de dégel “.

Ici, ça a dû être sévère. On voit les séquelles.

Autour de tout il y a quelque chose d’une convalescence.

P1000723.JPG

On le sait bien pourtant que déjà les migrateurs reviennent, optimistes. On veut s’y fier. Mais les vanneaux vus en vol nous disent qu’un peu de froid encore viendra. On peste après les hérons cendrés qui refusent d’être photographiés. La maison, elle, refuse de se réchauffer. On est fatigués, on a lutté et la première douceur sera un bienfait. Oui, on est en convalescence.

Dis, Maman, c’est encore loin, le printemps ?

 

 

P.S. : ” Dieu est mort, Marx est mort et… moi-même, je ne me sens pas très bien ” Woody Allen

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Le don des larmes

   Tout est parti d’une confusion : le don des larmes devant être entendu comme “avoir le don des larmes“,…
Lire la suite

Et si on riait ?

Comme des idiots, comme des enfants fous, même si et surtout puisque  rien n’est drôle, au fond. Rire…